Réunis avec ses militants pas suffisamment mobilisés (photo) au stade municipal de Bonfi, les leaders de l’opposition dite républicaine ont créé une atmosphère détendue au cours de ce rassemblement. Tous demandent  au Président de la République le respect de la constitution.

Jean Mark Telliano  n’est pas allé du dos de la cuillère  et prévient l’opinion : «Nous n’accepterons pas que les élections soient tripatouillées. Nous n’accepterons pas  que ce régime soit un régime familial. Aujourd’hui, Alpha Condé veut gérer le pays comme un empire, on n’acceptera pas.»

Une désobéissance civile  est  annoncée dans les prochains jours. « L’assaut final, annonce-t-il,   sera  à Kaloum comme Alpha Condé est venu avec un sac de  voyage, Alpha n’a qu’à ce préparer nous serons à Kaloum».

Sidya Touré absent la dernière fois martèle que le pays est en déclin. «C’est pourquoi se moque-t-il, il j’ai donné un nouveau nom à  Alpha Condé, c’est le candidat du déclin national. »  Comparant le chef de l’Etat à ses homologues élus à la même année, Sidya dit ceci : «Tous les présidents qui ont été élus en 2010 sont en train de présenter aujourd’hui à  leurs populations le bilan de leurs réalisations. C’est le chômage, c’est la famine -en marquant un arrêt  chaque passage de son discours, NDLR-, c’est le manque d’infrastructures, d’électricité, c’est la division de notre pays, c’est la corruption. C’est le pillage organisé de nos ressources. L’argent  est volé devant tout le monde, on le transporte en Angola, à Dubaï, en Afrique du Sud. Voilà le résultat ! »

Enfin, Dalein se montre plus amer que les autres, il regrette avec un ton dur le recul du pays  sur  le respect des droits humains. Puis, il prône l’unité et la réconciliation des Guinéens. « Nous sommes tous des Guinéens, nous voulons vivre  dans l’unité dans la fraternité retrouvée», a-t-il dit.

Tous veulent que le Président de la République  parte en 2015. Ceci par la voie des urnes.

 JB.