Tambour battant, l’UFDG a annoncé que Cellou Dalein et Bah Oury, son numéro deux allaient faire une tournée aux USA et au Canada. C’était l’occasion pour les deux hommes de s’afficher publiquement et de faire passer chez les militants l’idée de la paix retrouvée. Mais c’était sans compter sur le consulat américain en France qui a refusé le visa au numéro 2 du principal parti d’opposition de Guinée. Eh oui, les Etats ont des raisons que la raison des relations publiques ignore !

Donc, seul, Dalein continuera la conquête des Amériques. Pourquoi le visa a été refusé à Bah Oury ? Nous avons posé cette question à l’intéressé qui jusque-là ne nous a pas encore répondu.

Cependant au sein du parti, si certains parlent de la demande tardive du visa d’autres, les plus acerbes, parlent de mauvaise organisation au sein du parti qui aboutit à un ‘‘manque criard de coordination entre les agendas des uns et des autres’’.

Des arguments qui tiennent peu la route tenant compte du fait que Bah Oury est quand même la deuxième personnalité du principal parti d’opposition de la Guinée. On voit mal une chancellerie occidentale lui refuser un visa pour le simple fait de retard et/ou de manque de coordination d’agendas au sein de son propre parti politique.

Il faut alors voir l’origine de cette gifle ailleurs.

On sait que visé par un mandat d’arrêt international, le Vice-président de l’UFDG en cavale depuis le lendemain de l’attaque de la résidence du président Alpha Condé en Juillet 2011, Bah Oury bénéficie du statut de réfugié politique accordé par la France le 13 février 2012.

En accordant donc le statut de refugié politique à Bah Oury et donc en refusant d’appliquer le mandat d’arrêt international lancé à son encontre par la Guinée, la France a exprimé clairement sa position dans l’affaire du juillet 2011.

Les Américains partagent-ils la même position ? Pas évident. On sait que les chancelleries occidentales ont toutes suivi le procès qui a condamné notamment Bah Oury par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité. Alors question : Les Américains n’ont-ils pas la volonté d’appliquer le mandat d’arrêt lancé contre Bah Oury ? N’estiment-ils pas, contrairement aux Français, que Bah Oury est coupable et que les Etats-Unis ne peuvent accueillir un ‘‘putschiste’’ ? N’ont-ils pas par ailleurs des preuves de la culpabilité contre Bah Oury ? Ne se disent-ils pas que mieux vaut ne pas l’avoir sur leur territoire que de lui appliquer le mandat le mandat d’arrêt qui pourrait fâcher la France par exemple ?  Des questions et encore après le refus de visa à Bah Oury qui, on l’a dit, pour le moment n’a pas encore fait de commentaires, bien que sollicité par guinee7.com.

Ibrahima S. Traoré

Publicités