Au tribunal de première instance de Kaloum, les accusés Paul Moussa Diawara et Inza Bayo ont été reconnus coupables de détournement de deniers publics et de complicité, et condamnés à 5 ans de prison ferme.

Après plusieurs mois derrière les Barreaux, l’ex directeur de l’Office guinéen de publicité, Paul Moussa Diawara et son comptable, Inza Bayo, ont été reconnus coupables de détournement de deniers publics et de complicité, condamnés à 5 ans de prison ferme et à 50 millions d’amandes chacun. Sur l’action civile, le tribunal condamne solidairement les deux accusés au payement au profit de l’Etat de 39 679 027 698 francs, et 9 919 756 423 francs guinéen à titre de dommages et intérêts.

il a mené des activités politiques pour même le parti au pouvoir, il a eu le succès, il commençait à être gênant et encombrant

Sur les mêmes faits, le tribunal a ordonné au profit de l’état, la saisie immédiate des biens meubles et immeubles.  À la sortie de la salle d’audience, l’avocat de la défense Me Salif Béavogui qui était presqu’en larmes, a dit être “très choqué de voir un innocent condamné, conduit en prison pour des faits ou infractions dont il ne s’est pas rendu coupable. L’OGP était une société qui était dans le trou, M. Paul Moussa Diawara a redynamisé le service. J’ai envie d’avoir des larmes, je suis très touché”.

Plus loin, Me Salif Béavogui a accusé le pouvoir de monter ce dossier contre son client, qui selon lui commençait à être gênant dans ses ambitions politiques : “A la redynamisation de ce secteur, il a mené des activités politiques pour même le parti au pouvoir, il a eu le succès, il commençait à être gênant et encombrant. Sinon ce n’est pas le seul (Paul Moussa Diawara) qui gère les biens de l’État. Bref, il avait commencé à prendre de l’envol, et chez nous, dès que vous prenez de l’envol, on vous écrase. On a monté ce dossier contre lui, et on l’a amené au tribunal.  Il n’a détourné aucun franc de l’État.’’

cela sonne désormais comme le glas pour le détournement de deniers publics

Par contre Me Lancinet Sylla, un des avocats de la partie civile très satisfait du verdict déclare : “Le droit vient d’être dit, Paul Moussa a pris tout son temps pour tirer ce procès en longueur et pour ne pas que le droit soit dit. Et aujourd’hui, le droit a été proclamé à travers la sentence qui vient d’être prononcée, et je crois que cela sonne désormais comme le glas pour le détournement de deniers publics. Désormais, tout ce qui ont en charge des régies financières, doivent comprendre que l’impunité n’est plus à l’ordre du jour”.

En attendant l’appel à un nouveau jugement, c’est en larmes que les coupables Paul Moussa Diawara et Inza Bayo ont été remis aux gardes pénitentiaires, pour être conduits à la maison centrale de Conakry.

Fatoumata Kaba pour Guinee7.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici