Le Chef du département en charge de la Pêche et de l’Aquaculture a pris un arrêté au mois de juillet dernier dans lequel il a institué une période de fermeture aux activités de pêche industrielle, de semi-industrielle de la zone maritime guinéenne, qui s’étend jusqu’à la limite de 50 mille marins.

Selon ledit arrêté, à partir du 30 juin à minuit jusqu’au 31 août à minuit, l’exercice de toute pêche industrielle ou semi-industrielle est suspendue à l’intérieur de la zone maritime en Guinée.

Après plus de 30 jours de la rentrée en vigueur de « cet important » arrêté, le ministre Louncény Camara accompagné de quelques cadres techniques de son département a conféré ce vendredi 1er août 2014 avec la presse nationale autour du thème ‘’ évaluation à mi-parcours du repos biologique et point sur la situation des discussions avec l’Union Européenne dans le cadre de la lutte contre la pêche illicite ‘’. C’était dans les locaux de la maison de la presse sise au quartier Coléah en présence de plusieurs personnalités.

D’entrée, le conférencier a demandé à l’assistance d’observer une minute de silence à la mémoire des nombreuses victimes du drame du mardi dernier survenu à la plage de Taouyah dans la commune de Ratoma.

Abordant le thème, le ministre s’est dit très heureux de l’accompagnement sans cesse que la presse dans sa totalité est en train de mener pour donner expliquer à l’ensemble des populations l’importance du repos biologique que beaucoup de citoyens ne connaissaient pas auparavant.

‘’ Depuis la prise de cette décision de repos biologique, beaucoup de personnes essaient de nous contacter pour avoir d’autres informations relatives à l’application de ladite décision sur le terrain. C’est pourquoi nous avons jugé nécessaire la mi-parcours après un mois déjà que la décision a été prise que nous vous fassions le compte-rendu de ce qui a été fait, de ce qui n’a pas été fait, mais surtout de ce qui a faire pour le mois d’août dans l’intérêt bien entendu de toute la Guinée. Ce que je peux vous dire d’entrée de jeu, mon département s’est investi et continu à s’investir pour cette mission de service public. Je peux vous donner l’assurance que nous ferons de la presse un interlocuteur incontournable pour tout ce que nous entreprendrons ‘’, a expliqué le ministre tout en annonçant que le repos biologique dont-il s’agit a été décidé en plein accord avec tous les acteurs de la pêche guinéenne.

‘’ Quand la décision a été prise, nous avons déployé nos moyens de surveillance dans la toute la zone de repos biologique et même au-delà. Malheureusement, nous avons enregistré des cas de violation flagrante de repos biologique par certaines sociétés dont les navires se sont permis de pêcher dans la zone interdite. Il s’agit notamment d’un des navires de la société SONY pêche arraisonné 14 juillet et dont le rapport d’inspection a été déjà bouclé. Transmis à la commission d’arraisonnement. Et comme je vous l’avais promis ici, nous avons non seulement respecté la réglementation en la matière mais je vous avais promis que des sanctions exemplaires seront prises à l’encontre des contrevenants. Et ça été le cas puisque le navire devrait selon nos réglementations payé un milliard de Francs Guinéens. Mais à cause qu’il n’a pas de licence l’autorisant à pêcher dans cette zone et ayant violé toutes les dispositions de l’arrêté d’interdiction, cette amande a été doublée. Ce navire doit payer maintenant deux milliards de Francs Guinéens. Au moment où je vous parle ce dossier se trouve dans les mains de l’agent judiciaire de l’Etat ‘’, dira t-il, avant de reconnaitre d’autres navires sont aussi dans le collimateur.

Parlant des discutions avec l’Union Européenne dans le cadre de la lutte contre la pêche INN, Louncény Camara a informé que les choses vont bien. Car, dira t-il, toutes les mesures prises aujourd’hui dans le domaine de la pêche guinéenne s’inscrivent dans ses discutions.
Avant de terminer, Louncény Camara a tenu à préciser que son ministère va entreprendre une tournée en Afrique de l’Ouest pour négocier avec ses collègues des pays concernés afin de pouvoir bien lutter contre la pêche illicite qui fait perdre à la Guinée des centaines de millions de dollars par an.

Source : Mediaguinee

Publicités

Laisser un commentaire