La Journée mondiale contre la peine de mort est organisée chaque 10 octobre depuis 2003.

Cette journée a été instituée par la Coalition mondiale contre la peine de mort et elle est officiellement soutenue par le Conseil de l’Europe et l’Union européenne.

À l’occasion de cette  journée, les membres  de l’ONG guinéenne ‘’Même Droit pour Tous’’ont  animé une conférence de presse.  Selon l’ONG, la Guinée fait partie des pays où la peine de mort est en vigueur.

Cependant, depuis 2002, aucun condamné n’est passé à l’échafaud, en raison d’un moratoire de fait en cours.  Mais  « Nous souhaitons que la Guinée aille vers un moratoire de droit, en abrogeant dans son Code pénal la peine de mort », a plaidé Me Frédéric Foromou Loua, président de l’ONG.

Qui dénonce par ailleurs, les pratiques qui ne sont qu’une ‘‘destruction de la société’’.

‘‘L’exécution est toujours violente et surtout inhumaine. L’exécution engendre toujours une mort cruelle et douloureuse. La condamnation à mort est en outre injuste et vaine. Nos sociétés doivent faire preuve de créativité et proposer des alternatives pénales aux exécutions’’, a-t-il dit.

‘‘Le travail de la société civile porte ses fruits et l’abolition sera bientôt universelle, car elle va dans le sens de l’histoire et de la victoire des droits de l’homme. Les individus doivent condamner les meurtriers et prévenir la criminalité. Mais, ils ne doivent en aucune manière  reproduire leurs actes’’, a-t-il ajouté.

Pour terminer, le président de l’ONG affirme qu’il n’est pas envisageable de construire une société moderne et juste sur l’idéologie  de croire rendre justice en ayant recours à loi du Talion.

                              Moussa Traoré, (00224) 664 46 59 09 

Publicités

Laisser un commentaire