C’est pour faire le point sur les activités menées du 15 juillet au 8 août, dans le cadre de l’évaluation des sociétés pharmaceutiques grossistes de Guinée, que les membres de la commission étaient face à la presse, ce vendredi 23 août, dans les locaux du département en charge de la santé.

Rappelant que cette action s’inscrit dans l’optique d’assainir le secteur pharmaceutique en Guinée, Dr Nyakoya Gomou, directeur national adjoint de la pharmacie et du médicament, a indiqué : « Comme constat général, le stock en médicament reste très faible à tous les niveaux. Et en terme de bonne pratique de fabrication, qui est le ABCD d’un pharmacien assermenté, elle est restée vraiment non satisfaisante à tous les niveaux. En ce qui concerne la chaine de froid pour les médicaments sensibles, il n’y a pas eu plus de 5 sociétés qui ont respecté ce critère. »

En plus, « Sur la base de 15 critères, 58 sociétés ont fait l’objet d’évaluation. Nous avons adopté une méthodologie. Sur le terrain, nous avons fait des interviews pour voir la fonctionnalité des sociétés. Ensuite, nous avons fait des revus documentaires, dont entre autres, le statut juridique de la société, le contrat de travail du pharmacien responsable (…), nous avons visité les locaux, le magasin de stockage des médicaments, pour se rassurer des bonnes pratiques de distribution ».

« Nous avons évalué 50 sociétés sur 58, soit 86%. Les raisons liées à la non évaluation (du reste), la non localisation, des refus, on a vu certaines sociétés fermées. En partant de là, nous avons présélectionné un certain nombre de sociétés. Donc toutes les sociétés qui ont répondu à 50% des critères ont été présélectionnées. Le chiffre exact sera validé et diffusé par le ministère de la santé », a-t-il ajouté.  

« En perspective, nous voulons diminuer le taux d’importation des médicaments en favorisant la création des unités industrielles. C’est-à-dire promouvoir la fabrication locale des médicaments en Guinée, pour pouvoir embaucher beaucoup de Guinéens et diminuer le coût lié à l’achat de ces médicaments », a-t-il annoncé.

Il a informé que : « l’évaluation continue, nous sommes à mi-parcours, nous avons fait une présélection. Nous avons déjà sous nos mains, quelques critères, plus exigeants encore que les 15 autres. L’évaluation va continuer. La période sera validée et diffusée, par l’autorité du ministère de la santé, pour qu’on puisse maintenir le minimum de sociétés possibles à gérer. »

Il a enfin, « depuis environ deux jours, nous avons appris que certaines sociétés grossistes, ont tendance à corrompre les superviseurs. Le message, c’est de leur dire de rester sereins. Ce résultat est clair et non modifiable. C’est consensuel. Si on appréhende une société qui est présélectionnée impliquée dans le processus de corruption, elle va être purement et simplement éliminée. Sur cette base, nous avons déployé depuis hier (jeudi, 22 août) des éléments sur le terrain pour investiguer. »

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici