Ce vendredi 02 février 2018, le colonel Mamadou Alpha Barry, porte-parole de la gendarmerie nationale, s’est prononcé sur la procédure judiciaire engagée par un groupe de journalistes contre l’Escadron mobile n°3 de Matam.

Partie civile dans cette affaire, les journalistes dénoncent une lenteur sur l’évolution du dossier. Une position soutenue par l’un des avocats des plaignants. Mais pour le colonel Barry, la procédure suit son cours normal, deux officiers de la gendarmerie ont été entendu par la justice.

« Le commandant de l’escadron de gendarmerie mobile numéro 3 de Matam a été entendu, le commandant de la brigade de recherche aussi. Pourquoi j’ai communiqué la dernière fois et ça a irrité les patrons de presse ? Parce qu’ils étaient venus dans le but de rencontrer le général qui n’était pas encore disponible. Si le général doit les rencontrer, ce n’est pas précisément les patrons de presse seulement, il faut que les hommes qui ont subi viennent, eux-aussi », soutient le colonel Mamadou Alpha Barry.

Et de renchérir : «Je les ai entendus dire sur les ondes et les réseaux sociaux que leur affaire a été piétinée. J’étais obligé de communiquer pour leur faire savoir que tel n’est pas le cas, l’affaire est en cours ».

Pour rappelle, le 31 octobre dernier, des journalistes ont été bastionnés et leurs matériels de travail détruits par les agents de l’escadron mobile 3 de Matam.

Bhoye Barry pour guinee7.com