Après le coup d’Etat du 5 Septembre 2021, et la prise effective du pouvoir par le CNRD, des communiqués des nouvelles autorités du pays, relatifs aux procédures de remplacement des autorités civiles du régime déchu  avaient été diffusés. Dans ces communiqués, il avait été demandé de remplacer les administrateurs territoriaux civils par des hommes en tenue. Près de cinq mois après l’avènement du CNRD, à Labé, la décision du colonel Mamadi Doumbouya, peine toujours à être appliquée dans certaines collectivités du ressort de Labé. C’est en tout cas  le constat effectué par le correspondant de Guinee7.com sur place.

Après la prise du pouvoir par le colonel Mamadi Doumbouya et ses hommes le 5 Septembre 2021, dans le but de se conformer aux instructions du CNRD, il a été procédé au remplacement des préfets et sous-préfets civils par les militaires. Dans la région administrative de Labé, les quatre préfectures (Lelouma, Koubia, Mali et Tougué) ont strictement respecté les instructions. Seulement, la préfecture de Labé n’avait pas respecté les instructions. En lieu et place des hommes en uniforme, les nouvelles autorités de la préfecture et du gouvernorat avaient reconduit les mêmes du régime déchu d’Alpha Condé. A l’époque, ces autorités avaient brandi l’argument selon lequel, il fallait être un officier pour prendre fonction (l’on est officier à partir du grade sous-lieutenant selon nos informations). Cependant, au même moment, des non-officiers avaient été installés à la tête de certaines sous-préfectures comme dans les sous-préfectures de Tarambaly, et Garambé. Ceci pour dire que ‘’l’argument officier’’ n’était pas fondé.

A la fin du mois de décembre 2021, plusieurs fonctionnaires guinéens ont été appelés à faire valoir leur droit à la retraite. Parmi eux, plusieurs sous-préfets de Labé. C’est ainsi que des gendarmes ont été désignés pour leur remplacement. Dans la sous-préfecture de Kouramangui, l’adjudant-chef de la police Faciné Keita a été installé, à Dionfo, l’adjudant-chef de la gendarmerie Yaya Diallo, à Hafia, un margis chef à Popodara, l’adjudant-chef Ibrahima Diogo Barry à Porédaka.

Installé le 19 Janvier dernier, depuis plus de deux semaines maintenant des rumeurs persistantes font état du remplacement de l’adjudant-chef Ibrahima Diogo Barry, par l’adjudant-chef Porédaka Diallo.

Ce remplacement fait couler beaucoup d’ancre et de salive dans la cité. Certains parlent de deal du commandement local de la gendarmerie jusqu’au sommet de la préfecture. Dans la hiérarchie militaire locale, l’on accuse le responsable des ressources humaines du haut commandement de la gendarmerie nationale qui aurait demandé de ramener l’adjudant chef Diogo Barry à la gendarmerie régionale où il était chargé du personnel. Sauf qu’à ce niveau, il faut préciser qu’avant la désignation de l’adjudant chef Ibrahima Diogo Barry comme sous-préfet de Popodara, le commandement de la gendarmerie nationale avait muté le lieutenant Mamadou Aliou Diallo comme gestionnaire des ressources humaines, assisté du sous-lieutenant Ibrahima Diakité.

Les rumeurs ont été confirmées dans la journée de ce mardi 8 février 2022, car l’administration préfectorale a officiellement annoncé la passation de service entre l’adjudant chef Ibrahima Diogo Barry et l’adjudant-chef Porédaka ce mercredi 9 Février dans la sous-préfecture de Popodara.

L’on se pose la question de savoir, comment le Gouverneur de Labé, le colonel Robert Soumah a pu se prêter à un tel jeu ?

Sam Samoura pour Guinee7.com