Vendredi dernier, dans un hôtel de Conakry, le ministre du Commerce, Marc Yombouno, a présenté son bilan de l’année écoulée. “Nous avons eu un taux de réalisation de plus de 95% de nos objectifs et nous sommes en train de finaliser les 5% restants. C’est une évaluation indépendante“, rassure le ministre qui énumère des réussites et des défis à relever: “Il y’a beaucoup de résultats dans le domaine du contrôle de qualité des denrées, surtout alimentaires. Vous avez d’ailleurs suivi des séances d’incinération en collaboration avec les services spéciaux de Tiégboro. On a saisi plus de 3 500 tonnes de farine alimentaire périmée et impropre à la consommation, des cartons de jus, de lait et d’autres liquides confondus ; plus de 400 et quelque mille cartons, le sucre plus de 29 tonnes, les cigarettes on en parle pas, ce sont des quantités énormes, mais pour autant le fléau n’a pas cessé. Nous avons touché plus de 150 écoles, parce que si la sensibilisation prend source dans les écoles, les élèves pourront à leur tour sensibiliser leurs parents. Vous avez également suivi sur toute l’étendue du territoire la campagne de sensibilisation pour informer nos compatriotes sur les dangers de l’utilisation de la substance ‘Soudan 4’ dans l’huile rouge. Une substance cancérigène de niveau 3 cela aussi est un défi. Vous avez aussi le problème de régulation des prix, la collaboration avec les opérateurs économiques à aider positivement à maintenir une certaine stabilité au niveau des denrées de première nécessité. Nous avons quitté une économie centralisée pour une économie de marché libre ou le chef de l’Etat a toujours le souci d’amener les Guinéens à produire ce que nous consommons pour la réduction ou la régularisation par rapport à nos bourses“, a renseigné le ministre Yombouno.

Mais “c’est surtout sur les insuffisances que nous devons nous baser pour de nouvelle stratégies, les réussites sont à maintenir, il faut maintenir le cap, ce qu’on n’a pas pu faire c’est sur ça que nous devons accentuer nos efforts. Alors quelles sont nos faiblesses? Nous n’avons pas pu avec le secteur privé, finaliser les élections des instances de la chambre de commerce, de l’industrie et d’artisanat. Bien que les activités continuaient au sein de la commission électorale, ça c’est l’un des défis à relever au courant de cette année“, a-t-il précisé.

Pour cette année, ‘‘nous nous sommes fixés 5 objectifs prioritaires qui sont, l’intégration réelle du commerce dans l’économie nationale ; l’approvisionnement en quantité et en qualité de nos marchés en produits de première nécessité ; le renforcement et de la mise en œuvre des accords bi et multilatéraux ; le renforcement institutionnel et opérationnel du département et de nos organes consulaires et ensuite la mise en place réelle, cette année, des instances de la chambre du commerce. Il ne reste que le bureau régional de la zone spéciale de Conakry et les bureaux exécutifs nationaux. Nous allons aussi poursuivre comme action prioritaire le renforcement de la chaine de valeurs des produits agricoles et autres à travers le renforcement des filières, puisque le commerce c’est aussi le renforcement de l’économie nationale à travers la mise en place d’une structure économique, productive et très solide’’, a-t-il dit.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités