La République de Guinée a, contre toute attente, obtenu en 2014 l’organisation de la coupe d’Afrique des nations de football. L’évènement sportif le plus prestigieux du continent africain, mais aussi un grand évènement économique. Malgré tout, l’ancien chef d’Etat guinéen, Alpha Condé n’était pas disposé à organiser cet évènement dans son pays, on est emmené à se demander plusieurs années après : pourquoi ?

La Guinée est sur le point (juin 2022) de perdre sa CAN qu’elle a obtenue depuis 2014. Dès le départ, nous pouvons vous assurer que M. Condé n’a jamais manifesté un intérêt particulier pour cet évènement. Ce n’était pas son ‘’truc’’, comme on dit. Alors que plusieurs de ses proches nous ont confié que c’était un fan de foot, qui a même tapé dans le cuir rond à ses années de jeunesse.

Si nous nous trouvons donc dans une situation aussi inconfortable que le risque de perdre un tel évènement, c’est la conséquence de ce manque de volonté du régime Condé. Mais lui, ne voyait pas ça sous cet angle. Ce n’est pas comme s’il refusait, dans sa conception des choses en tout cas. Alpha Condé, selon un très proche collaborateur de cette époque avait trois priorités : l’Energie, l’Agriculture et les Mines. Et un peu plus tard le numérique (aujourd’hui indispensable pour accompagner tout processus d’émergence). Donc construire des barrages hydroélectriques était plus important à ses yeux qu’organiser une CAN. Le sport n’était pas dans ses calculs de politique publique.

La dotation du FADES (fonds d’appui au développement du sport) d’une partie des 25 milliards dédiés à la réhabilitation des infrastructures sportives et culturelles est le seul point concernant le sport mentionné dans le projet de société 2020-2026 du candidat Alpha Condé. 

Pour l’ancien Président de la République, tout était aussi politique. Quel intérêt avait-il d’offrir à la Guinée une CAN ? Il était persuadé qu’il n’allait jamais faire mieux que Sékou Touré dans les domaines de la Culture et du Sport. Mais sur le plan énergétique, aucun régime n’a réussi autant d’exploit que lui, et c’est ça qui le préoccupait. La bonne question pour lui était de dire : quel impact direct le régime d’Alpha Condé allait laisser sur le quotidien des Guinéens ? La réponse était toute trouvée.

Il aurait peut-être pu se lancer dans le gigantesque projet d’organisation de la CAN, qui est passée de 16 à 24 équipes, donc une évolution considérable du cahier des charges. Mais le budget global du projet énergétique de Condé (Kaleta, Souapiti et tout le reste) avoisinant le milliard de dollars, donc pratiquement le coût de l’organisation de la compétition, qui n’aurait eu pour résultats que le prestige, quelques infrastructures, un mois de rentabilité touristique et c’est tout. Contrairement à un projet d’électrification qui marque déjà la vie de tous les jours du Guinéen. Entre ça et faire une CAN, l’ancien président n’a pas réfléchi deux fois pour choisir.

Alpha 3️⃣

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.