• “Considérant les conclusions des concertations nationales inclusives, tenues à Conakry du 14 au 23 septembre 2021 au Palais du Peuple, avec les représentants des partis politiques, des organisations de la société civile, des confessions religieuses, des coordinations régionales, des organisations de femmes et de jeunes, des guinéens de l’étranger, des centrales et fédérations syndicales, du secteur informel, des organisations patronales, des organisations et ordres socioprofessionnels, des missions diplomatiques et organisations internationales, des chambres consulaires, des organismes de presse, des sociétés minières de la République de Guinée” ;
  • “Prenant acte des propositions et recommandations des différentes composantes des forces vives de la Nation ;”

Deux petites remarques sur  le fond et la forme de ces deux alinéas du préambule de la CHARTE DE TRANSITION :

》Première remarque :

la CHARTE DE TRANSITION  intègre les CONCLUSIONS DES CONCERTATIONS NATIONALES organisées par le CNRD  du 14 au 23 septembre 2021 sans que celles-ci ne soient rendues publiques, nonobstant le fait qu’il soit très  inclusif et participatif. Cette méconnaissance peut paraître comme un vice de forme entachant l’objectif de transparence de la transition envers le peuple de Guinée.

》Deuxième remarque :

La CHARTE dans son préambule prend acte des propositions et recommandations des différentes composantes des forces vives de la nation, alors même qu’on ignore les différentes conclusions issues des concertations nationales.

Dans la continuité de l’esprit de confiance entamée par les nouvelles autorités, il serait prudent que le #CNRD régularise le premier aspect de la remarque en rendant publiques les CONCLUSIONS DES CONCERTATIONS NATIONALES, non seulement pour une question de transparence, mais surtout pour une question de conformité au préambule de la CHARTE désormais considérée comme “LOI FONDAMENTALE” de notre pays durant toute la durée de la transition conformément à son article 4.

Mamady DIAWARA,

Juriste en droit public,

Université de Limoges, France.