Les réunions de printemps 2014 de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International (FMI) ont pris fin le week-end dernier à Washington. En marge des travaux de ce sommet, les responsables gouvernementaux, les représentants du secteur privé, de la société civile et du milieu universitaire ont eu plusieurs séances de travail et d’échanges à travers des séminaires ou des tables-rondes.

L’une des thématiques ayant dominé les débats de cette fin de travaux, a été la problématique liée aux défis de l’emploi des jeunes en Afrique. Un thème autour duquel se sont retrouvés des experts de la Banque Mondiale et des ministres africains, dont les ministres guinéens de l’Economie et des Finances, Mohamed Diaré et Moustapha Naïté de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune.

Comment répondre aux défis de l’emploi des jeunes en Afrique et comment assurer une qualité d’emploi et de compétences qui correspondent aux attentes et aspirations des jeunes, voilà des préoccupations touchant la couche juvénile  qui ont interpellé les décideurs africains ainsi que de la Banque Mondiale et le FMI.

Le ministre Moustapha Naité a, à la faveur de son intervention à ces échanges, mis l’accent sur la nécessité de la mise en place de capitaux pour soutenir et financer des initiatives et projets dont sont porteurs les jeunes. Parce que, estime-t-il, il n’y a pas de création d’emplois en l’absence d’entrepreneurs. Mais, constate le ministre de la Jeunesse, les jeunes entrepreneurs sont souvent confrontés à certaines difficultés comme la sous-capitalisation et le manque soutien des institutions bancaires à une insuffisance d’attention de la part des Etats depuis longtemps.

Par ailleurs, grâce à sa vision et à la dynamique qu’il a insufflées au département de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune depuis sa nomination, il y a moins de trois mois, les jeunes guinéens viennent d’être gratifiés par le projet appelé, Stepping Up Skills. Il s’agit d’un projet de la Banque Mondiale qui vise entre autres, à qualifier  des jeunes en situation de formation universitaire ou professionnelle afin d’améliorer leur employabilité de ceux déjà  diplômés.

L’obtention de ce projet constitue une véritable bouffée d’oxygène pour la Guinée qui est en proie à un chômage chronique des jeunes en quête de leur premier emploi. C’est une initiative mise en place par la Banque Mondiale en vue de résorber l’épineuse question de l’emploi des jeunes qui préoccupe le monde entier et en particulier le continent africain qui enregistre un demi million de personnes de plus de 15 ans, chaque année.

Tandis que pour les dix prochaines années, l’on connaîtra l’entrée de 11 millions de jeunes Africains sur le marché de l’emploi par an. D’où l’intérêt pour les institutions de Bretton Woods et des gouvernants de par le monde à maintenir un cadre de concertation en vue d’améliorer l’employabililité des jeunes ainsi que leur promotion.

A rappeler que c’est la première fois qu’un ministre guinéen de la Jeunesse prend part aux travaux des réunions de printemps de la Banque Mondiale et du FMI dont l’objectif visé pour la session de cette année, consistait de trouver des voies et moyens devant permettre aux jeunes de s’épanouir rapidement et durablement à partir des politiques économiques et développement adoptées par les Etats.

O. D