Il est 12h à Conakry. Pendant ce temps, Marcel Guilavogui, le neveu de l’ancien président du CNDD, le capitaine Moussa Dadis et adjoint d’Aboubacar Diakité alias Toumba est devant la barre du tribunal de première instance de Dixinn, délocalisé au tribunal ad hoc construit pour la cause dans l’enceinte de la cour d’appel de Conakry. Comme les jours précédents, il a nié les faits qui lui reprochés et soutenu mordicus qu’il n’était pas au stade ce 28 septembre 2009.

A la question du parquet de savoir s’il est en possession de toute sa faculté, il a dit : « J’ai suivi beaucoup de traitements. Dieu merci. Ma faculté mentale est là. »

A la question des avocats de la partie civile qui se sont appuyés sur les propos de l’audition de feu Jean Marie Doré qui affirme l’avoir vu au stade, il a répondu par la négative. « Je ne le connais pas. Sauf à la télé. Je ne l’ai jamais rencontré face à face. Il s’est trompé de personne », s’est-il défendu.

Même réponse pour les questions portant sur Tiegboro et son formateur qui assurent l’avoir vu au stade.

face à ses propos tenus au PM3 [gendarmerie], où il accusait 6 militaires, il soutient avoir parlé sous la contrainte. « J’ai fait trois mois au PM3. J’étais suspendu par mes bras quatre heures de temps. J’ai même failli perdre les bras. Quand j’ai répondu à la question, j’étais sous torture ardente… J’ai signé cette audition sans lecture. J’ai cité les noms seulement comme ça sous pression et torture pour sauver ma vie », a-t-il argué.

Par ailleurs, il a affirmé que son arrestation est « un règlement de compte ». Il a aussi dit que « le général Konaté insultait le président Dadis sur les ondes. En tant que son neveu pourquoi ne pas me trimballer comme il le faut » ?

Il a reconnu qu’il avait deux armes, à savoir « un PMAK et un Colt 45. Cependant, « je n’ai tiré avec ces armes ». Et aussi « je n’avais aucune grenade ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com