Toute la journée du lundi, l’ancien secrétaire d’Etat en charge de la lutte contre la drogue et le grand banditisme, Colonel Moussa Tiegboro Camara a répondu aux questions des différentes parties.

Le gros problème, c’est que l’un des avocats de la partie civile a traité Tiegboro de « menteur ». Ce qui a piqué l’ire des avocats de la défense. Qui ont tenu mordicus à ce que le mot soit retiré.

Le calme est revenu après quelques minutes. Mais Tiegboro ne réussissant pas à avaler le mot « menteur » a carrément refusé de répondre aux questions de l’avocat. Selon lui, on ne s’adresse pas à un menteur. D’ailleurs, « je suis loin d’être un menteur dans ce pays », s’est-il défendu. En sollicitant à ce que le mot soit retiré. Le juge a indiqué à l’accusé qu’il a le droit de ne pas répondre. Mais « pas de donner d’ordre à quelqu’un ». Les tractations soulevées entre les parties ont amené le juge à suspendre le procès.

Les journalistes au deuxième étage ont été empêchés de filmer la scène avec leurs téléphones. Certains ont eu leurs téléphones confisqués pour supprimer les images, avant de les leur remettre.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com