Se retirer du processus électoral en Guinée à quelques jours des législatives et du référendum; la francophonie, après la position de la France exprimée par Jean-Yves Le Drian, pouvait-elle faire autrement que de tirer les conséquences de la sortie de son “maître”?

Lire aussi: La France appelle à « l’apaisement » en Guinée

Beaucoup d’experts estiment que la Francophonie est un relais de la diplomatie française. En 2014, un article de RFI rappelait que les messages politiques véhiculés par l’institution internationale et la France sont souvent les mêmes. Et cette dernière reste le premier contributeur de l’OIF. Sur un budget total de 85 millions d’euros par an, la France contribue à hauteur de 26 millions, juste devant le Canada, ce qui lui confère une certaine influence.

Lire aussi: ‘‘Il sera difficile pour l’OIF de continuer à soutenir le processus électoral en Guinée’’(communiqué)

Focus de guinee7.com

Publicités