Une déclaration de restructuration du « Front national pour la défense de la constitution » a été lue à la maison de la presse ce samedi, par un groupe de jeunes, se désignant comme la nouvelle équipe dirigeante dudit Front.

Dans la déclaration lue par Theodore Monèmou, ils ont informé que « M. Abdourahmane Sanoh et son équipe ne sont pas responsables du FNDC et ne sont désormais plus que des simples membres s’ils décident d’y rester. Par contre, ils sont remplacés dorénavant par un porte-parole à l’occurrence M. Mohamed Bachir Diallo ».

Avant d’annoncer le changement des méthodes qui ont empêché le FNDC de remplir sa mission première. « Cette structure noble, après avoir mené un long combat grâce à ses vaillants jeunes qui se sont donnés corps et âmes à l’intérieur et à l’extérieur du pays pour la sauvegarde de l’ancienne constitution n’a pas pu atteindre ses objectifs. Et c’est pourquoi le collectif des coordinateurs du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), après plusieurs réunions intenses et des concertations a fait preuve de maturité pour redorer enfin l’image réelle de ce mouvement et à montrer dorénavant à l’opinion nationale et internationale que plus jamais les revendications de ce mouvement ne se feront dans les rues car, sauf en cas de nécessité. Désormais, le FNDC mènera son combat sous une autre forme », ont-ils déclaré.

« Nous disons à haute et intelligible voix que la paternité de cette structure n’appartient à personne car c’est une question d’idéologie, observer et analyser la situation politique du pays et avoir une certaine directive des choses et se mettre à l’œuvre afin d’aider la nation pour son bon fonctionnement », ont-ils fait observer.

Et de faire constater que le collectif des coordinateurs du Front au cours de ses concertations à résolument décidé à la suite des irrégularités constatées entre autres : « la déviation des bases du fondement de la structure ; le comportement dérisoire de certains membres animés d’un esprit de désolidarisation ; le clanisme organisé au sein du mouvement… »

Pour terminer, ils ont adressé une plaidoirie à l’endroit du gouvernement pour notamment, « la libération des détenus lors des manifestations, la réouverture des frontières pour alléger le panier de la ménagère ; la justice équitable pour toutes les personnes innocentes victimes de ces mouvements… »

Leur bureau est constitué comme suit : « Mohamed Bachir Diallo, porte-parole du FNDC ; Theodore Monèmou, Chargé de la communication ; Alpha Mamoudou Diallo, chargé des questions stratégiques ; les coordinateurs et chargés de la mobilisation, Amadou Bailo Barry, Mohamed Barry, Amadou Diaka Barry, Irassy Mansaré, Mamadou Saliou Sow, Daouda Camara et Mamadou Bobo Diallo. »

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com