Suite à ma tribune intitulée «Quand le ministère de la Jeunesse se moque de la jeunesse guinéenne», 7 septembre 2019, le ministre Mouctar Diallo a procédé à un radical changement de paradigme : exit le toxique crédit revolving, place maintenant à la subvention (cf. « Autonomisation des jeunes : le ministre Mouctar annonce d’heureuses perspectives », article publié ce matin sur guineenews). Qu’il me soit permis d’exprimer ma déception car le compte n’y est pas et j’attendais une réponse idoine.

Quoi qu’il en soit, je promets de revenir sur ce sujet, avec une solution, dans mon livre à paraître en novembre 2019.

En attendant, monsieur le ministre Mouctar Diallo doit apporter une réponse à ma tribune. Il ne doit pas se défausser comme ça. Car sous d’autres cieux, il allait être contraint à la démission immédiate.

S’il a l’âme d’un démocrate, il doit apporter des explications sur cette affaire d’une extrême gravité.

Ibrahima Bah

Docteur en Sciences Économiques et écrivain.

Auteur de manuels scolaires en Economie, en Droit du travail et en Mercatique, éditions Ophrys.  

Publicités

Laisser un commentaire