Les conseillers nationaux du Conseil national de la transition (CNT) étaient en plénière, ce lundi 25 avril 2022, au Palais du peuple. A cette occasion, le rapport final des consultations menées par les membres du CNT a été présenté et le document remis au ministre de la Sécurité et de la protection civile afin qu’il le transmette au président de la Transition.

Cette mission de concertation de 10 jours dans les 33 préfectures et les six communes de Conakry avait pour but de recueillir les préoccupations, avis et attentes de la population par rapport au processus de mise en œuvre de la transition.

« C’est un rapport qui récapitule les constats, attentes, aspirations et recommandations des populations par rapport à la transition et en lien, naturellement, aux questions fondamentales que nous avons posées aux populations sur la question des étapes de la transition. C’est la question de la réforme administrative et de la gouvernance territoriale, la question de la réconciliation nationale, etc. », a expliqué Dansa Kourouma, président du CNT.

« Le rapport étant destiné au président de la Transition, il se chargera, une fois qu’il recevra le document, de nous autoriser à délivrer le contenu de ce rapport. Mais c’est un rapport qui n’est pas un chronogramme mais qui donne les pièces détachées une fois mises en ensemble, qui peuvent constituer un chronogramme qui tient compte des aspirations légitimes de la population guinéenne. Nous avons touché directement près de 20 mille personnes issues des partis politiques, de la société civile, des syndicats, des commerçants, des hommes de métier, les sages, les religieux, les administrateurs décentralisés et déconcentrés, les délégués des districts et des sous-préfectures, les artistes, mais surtout les forces de défense et de sécurité. C’est l’ensemble des représentations locales et nationales des forces vives de la nation qui a été touché par ces consultations », a-t-il précisé.

Cependant, Dansa Kourouma, souligne que, « pendant ces rencontres, les populations guinéennes ont réitéré leur attachement à l’universalisme démocratique qui respecte ses réalités culturelles et sociales à savoir la limitation du nombre de partis politiques au strict minimum nécessaire à l’animation d’une vie politique paisible qui prend en compte l’idéologie du vivre ensemble solidaire et introduit la limitation du pouvoir hégémonique d’un président de la République. Elles ont clairement exprimé le rêve de l’élargissement de la décentralisation et de la déconcentration du pouvoir avec une plus forte autonomie des collectivités locales. Elles espèrent un renforcement des installations républicaines en termes de capacité réciproque des unes sur les autres… ».

Pour Bachir Diallo, ministre de la Sécurité et de la protection civile, « c’est une étape importante qui est franchie dans la transition qui se veut transformatrice conformément à la volonté du chef de l’État de placer la transformation, la réédification de l’État au cœur de ça transition ».

« Je veux me permettre pour dire que l’espoir est permis pour que cette transition connaisse un succès. Et ça (le rapport), ça va nous permettre de passer aux étapes prochaines de la transition parce que comme vous le savez il y a beaucoup de défis à relever. Il faut se situer à la tête d’un département quelconque, à la tête d’une structure quelconque de ce pays pour vous rendre compte il y a du boulot à faire pour ne pas dire que tout est à refaire. Donc, pour cette transition nous avons tous un devoir à jouer notamment les différents organes de la transition ici tous présents le chef de l’État que je représente, le CNRD, les membres du gouvernement et le benjamin des organes de la transition, le CNT. Nous avons tous quelque chose à faire donc, j’exhorte tous ici présents de faire ce que nous devons faire pour que ce pays change conformément à la vision du chef de l’État mais pour cela, il faut plus que l’effort humain que nous fournissons pour exagérer un peu. Monsieur le président du CNT, je rendrai fidèlement à qui de droit et je transmettrai ce rapport également à qui de droit en l’occurrence, le président de la Transition », a conclu le ministre.

Bhoye Barry pour guinee7.com 

00224 628 705 199