Le Nimba d’or, organisé par la presse sportive guinéenne, récompense les meilleurs dans le domaine du sport. Cette année elle a décerné le titre de meilleur sportif au footballeur international guinéen, Kevin Constant, sociétaire du Milan AC en Italie, à l’issue, dit-on, d’un vote supervisé par un jury. Kevin l’aurait gagné par 22 voix sur les 48 suffrages valablement exprimés, devançant ainsi Ibrahima Traoré du FC Stuttgart (Allemagne). Cependant ce dernier est consacré meilleur footballeur –(euh meilleur joueur ?)

En fait on a eu l’impression qu’au Nimba, on s’emmêle un peu les pinceaux. On se perd un peu là-dedans.  Et nous ne semblons pas être les seuls. Sur son compte twitter, Ibrahima Traoré a écrit : ‘‘Merci pour tous ceux qui ont voté pour m’élire meilleur joueur guinéen de l’année. Cependant la logique guinéenne me laisse perplexe’’. Et nous aussi.

En plus, le Nimba ressemble à bien des égards à un concours d’art culinaire où à la fin tout le monde est déclaré chef.

Exemples : Parmi ceux appelés mécènes, Aboubacar Sampil, patron de l’AS Kaloum, a eu le ‘’Nimba d’Or” du meilleur investisseur, et Antonio Souaré, président du Horoya AC, celui de meilleur manager. Comprenne qui…pourra ! Ou…voudra ! De toute façon les deux sont les plus riches présidents de clubs en Guinée et il n’est pas malin de s’attirer l’inimité de l’un des deux.

D’autres ‘‘mécènes’’ en vue à Conakry n’ont pas été oubliés. Ils ont aussi eu des satisfécits. Il s’agit du commissaire Paye Camara, président de la fédération guinéenne de Handball, de Seinkoun Kaba de la Fédération guinéenne de jeux de dames et de Kerfalla Camara KPC du Hafia FC. Le topo consiste à contenter tout le monde. Parce que dans la vie-là, on ne sait jamais. Comme le disent les ivoiriens, chacun peu un peu. Le moins qu’on puisse dire est que le Nimba était très fécond cette année. Sacré trophée.

Aziz Sylla

 

 

Publicités

Laisser un commentaire