Au lieu de 10 000 GNF, le litre du carburant se vendra désormais à la pompe à 9500 GNF. Depuis son annonce, cette décision du gouvernement ne cesse de faire couler encres et salives. Bon nombre de citoyens, d’organisations de la société civile ou de mouvements sociaux, estiment que cette réduction de 500 GNF est quasiment insignifiante.
Se prononçant sur la question, au cours d’un point de presse, ce vendredi, le secrétaire général de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG), Abdoulaye Sow, a indiqué que cette baisse du prix du carburant, est une manière de se moquer du peuple de Guinée.
“Au moment où on montait à 10 000 GNF, le prix du baril était supérieur à 50 dollars, aujourd’hui nous sommes entre 43 et 44 dollars. Le prix du litre à la pompe devrait être entre 7000 et 7500 GNF. Mais une baisse de 500 GNF est une moquerie à la population Guinéenne, à la classe ouvrière Guinéenne”, a expliqué le camarade Abdoulaye Sow.
Il indique plus loin que : “cette baisse fantaisiste doit être revue par le gouvernement en fonction du prix réel auquel le carburant doit être revendu à la pompe”.
Pour terminer, le secrétaire général de l’USTG à préciser que cette question de carburant sera dans les revendications globales de la grève que sa structure et toutes ses fédérations comptent engager dans les 30 prochains jours, pour soutenir le syndicat des enseignants.
Mohamed Soumah pour Guinee7.com