Rendu définitif ce samedi 07 novembre 2020, les résultats de l’élection présidentielle du 18 octobre dernier, par la cour constitutionnelle, ne font pas l’unanimité au sein de la classe politique, à Kankan. Le président sortant, Alpha Condé, vainqueur de cette élection dès le premier tour, avec 59,50 des voix, n’est pas reconnu par tous, à Kankan. C’est du moins ce qui ressort d’un tour de réactions réalisé, ce lundi 9 novembre 2020, par notre correspondant local basé à Kankan.

Mamby Camara

La cour constitutionnelle a tranché le contentieux électoral à l’issue de l’élection présidentielle du 18 octobre dernier. Au finish, sans surprise, le candidat du RPG Arc-en-ciel, Alpha Condé, est donné vainqueur de cette élection avec 59,50 des voix. Pour Mamby Camara, coordinateur régional du RPG Arc-en-ciel, c’est une joie. Il soutient également que depuis 1993 son parti a toujours gagné les élections. « Vous le savez, une victoire est toujours une victoire qui fait la joie et la fierté de ceux qui ont gagné ; tel est notre cas, c’est notre candidat qui a gagné avec 59,50% des voix, ce qui fait grande fierté. Moi, je sais la contribution particulière de la Haute-Guinée dans cette victoire. Vous le savez, en réalité le RPG Arc-en-ciel a toujours gagné des élections depuis 1993 en Guinée », a-t-il assuré.

Antoine Dôbô Guilavogui

Ce n’est pas le même son de cloche du côté d’Antoine Dôbô Guilavogui, secrétaire fédéral de l’UFDG à Kankan. Selon lui, c’est n’est pas une élection, mais plutôt un forcing et il appelle les Guinéens à être solidaires. « C’est n’est pas une élection, mais plutôt un forcing de Alpha Condé, parce qu’on a dit dans la constitution de 2010 un mandat renouvelable une fois ; il (Alpha Condé, ndlr) a forcé pour mettre une nouvelle constitution. Alors moi, je voudrais que la population comprenne, qu’on se donne la main, il ne faut pas que la politique nous divise davantage ; tout est basé sur l’ethnocentrisme, c’est très dangereux », a-t-il fait savoir.

Lanciné Condé

Lanciné Condé, secrétaire fédéral du BL, pense pour sa part que ce 3ème mandat, qui est anti-démocratique, est fait à dessein par le pouvoir en place. « Ce 3ème mandat a été une chose expressément faite par le pouvoir en place, qui a eu beaucoup de ratés lors des deux mandats ; nous avons connu une traversée entièrement politique, au lieu de concrétiser les actions. Mais tout a été politisé, alors sur ce, il faut s’éterniser au pouvoir, parce que nombreux sont des présidents qui sont passés en Guinée, qui veulent mourir au pouvoir, donc lui (Alpha Condé, ndlr) ne veut pas être un ancien président qui sera encore vu par les citoyens. Alors il faut qu’il se batte pour que tout soit dit après lui, voilà ce qui nous a conduits à un 3ème mandat, qui n’a pas été apprécié et qui est anti-démocratique », a-t-il laissé entendre.  

A rappeler que ces résultats publiés par la cour constitutionnelle ont été rejetés par l’UFDG et ses alliés.

Moussa Konaté pour Guinee7.com