Ce mercredi 24 février, la Guinée a reçu de la part de la France un important lot d’équipements médicaux.

Ce don composé de tenues de protection a été officiellement reçu à la Pharmacie centrale de Guinée (PCG), par le ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger, Dr Ibrahim Kalil Kaba, des mains de Marc Fonbaustier, ambassadeur de la France en Guinée et en Sierra Leone, en présence du directeur général de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, Dr Sakoba Keita. 

Ces équipements vont permettre à la Guinée d’être plus efficace dans la lutte contre la fièvre hémorragique Ebola, en protégeant le personnel de santé.

D’après l’ambassadeur, ce don vient une fois de plus réaffirmer les liens historiques entre les deux pays. « Vous savez, une relation aussi profonde, aussi ancienne que la relation entre la Guinée et la France, elle est indéfectible. Le mouvement de solidarité du président Macron avec la Guinée est d’appuyer le plus rapidement que possible. Je crois qu’elle s’explique parfaitement par l’histoire, par les destins liés, par ces horizons partagés aujourd’hui (…) Je crois simplement qu’on est au rendez-vous d’un pays ami qui traverse une crise », a-t-il indiqué.

Avant de déclarer : « Dans ces cartons, vous avez plus de 500 kits de protection spécialisés Ebola, qui vont permettre d’équiper le personnel soignant, médecins ou assistants médicaux, dans le contact qu’ils auront avec des patients. Soit des patients avérés, soit des cas suspects, ou ça va être plus important, la chaîne de vaccination qui est en train de se mettre en place avec cette fameuse technique de la vaccination en ceinture. »

« Nous ne sommes pas seulement sur le front des tenues. Nous avons déployé déjà en Guinée forestière, ce qu’on appelle un poste médical avancé, qui a été déployé par le personnel guinéen formé par la Protection civile française », a-t-il informé.

A son tour, le ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger, Dr Ibrahim Kalil Kaba, a rappelé la genèse de ce don. « C’est quelque chose qui ne nous a pas étonnés. Depuis que le ministère de la Santé a déclaré l’épidémie à virus Ebola, le chef de l’État s’est impliqué personnellement. Il a appelé certains de nos partenaires les plus sûrs, en premier lieu, la République française. Il a eu des échanges avec son Excellence Emmanuel Macron par rapport aux besoins immédiats qui ont été exprimés par l’Agence nationale de sécurité sanitaire, qui portaient une grande partie sur la disponibilité des vaccins d’un côté et des équipements de protection individuelle pour nos médecins et nos infirmiers qui sont en ligne de front par rapport à Ebola ».

Ensuite, il s’est dit « très heureux de constater que la France a engagé une double action, bilatérale : d’abord pour s’assurer que les équipements de protection individuelle étaient acheminés dans un temps record en utilisant le mécanisme européen de protection civile; de l’autre côté, au niveau bilatéral, avec les partenaires de la Guinée, au niveau du système des Nations Unies ; l’OMS a fait parvenir les vaccins ici, et nous venons d’apprendre d’ailleurs que tous les contacts de Conakry sont vaccinés aujourd’hui ».

Informant par ailleurs que ce n’est qu’ « un premier arrivage, on attend d’autres arrivages pour équiper des laboratoires », le ministre Kaba a remercié les partenaires, notamment la France, qui était aussi là en 2014.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com