Après la joie et l’allégresse de tout le Peuple de Guinée, suite à la brillante qualification du Syli National de Guinée à la 32eme Coupe d’Afrique des Nations, compétition qui aura lieu en Egypte en 2019, place est désormais à la confusion pour la non diffusion des matches de l’Equipe Nationale A par la Radiotélévision Guinéenne (RTG).

Cette polémique a suscité tellement de frustrations et d’angoisses sur les réseaux sociaux que j’ai accepté d’essayer, à la demande de plusieurs journalistes, officiels et fans du football, d’apporter des éléments de clarification sur l’épineuse question de la retransmission des matches à domicile de l’équipe nationale A par la RTG, même si, encore une fois, je n’ai pas la prétention de maîtriser tous les contours.

En effet, dans le cadre de la politique commerciale de la CAF ayant pour fondement, la rentabilisation de ses compétitions et le principe de solidarité entre les associations membres qui la composent, les droits médias ont fait l’objet de centralisation dont la gestion et la commercialisation sont assurées par Lagardere Sports pour le compte de la CAF, propriétaire exclusif des compétitions et autres événements qu’elle organise.

Le principe de solidarité voudrait dire que les revenus des droits médias qui signifient droits de retransmission télévisuelle des matches (à ne pas confondre aux droits marketing dont la commercialisation est laissée à l’initiative des Fédérations à l’exclusion des matches de groupes de la Ligue des Champions et de la Coupe de la Confédération) sont équitablement répartis entre les Associations Nationales ayant pris part à la compétition, sans tenir compte de leurs superficies, de leurs populations et/ou leurs palmarès.

Cela voudrait dire par exemple que la Guinée aura la même part de revenus que l’Egypte ainsi que la Guinée Bissau par rapport à l’Algérie après, naturellement, déduction des charges de production et des quotes-parts de la CAF.

Il faut toutefois préciser que les associations nationales engagées à la CAN Egypte 2019 ont signé le formulaire 5 de centralisation des droits qui fixe les conditions exigibles qu’il faille respecter absolument, au risque de succomber aux mesures disciplinaires draconiennes édictées par le règlement de la compétition contre tout contrevenant.

La centralisation des droits médias confère des prérogatives à chaque association nationale de faire produire et retransmettre gratuitement, en direct ou en différé, ses rencontres à domicile par son télédiffuseur hôte (RTG), à la seule condition que ce télédiffuseur hôte (RTG) ait la capacité technique de produire le match suivant les normes spécifiées dans le cahier de charges techniques et transmettre le son international et l’image aux télévisions partenaires de la CAF, mais aussi et surtout, que ce télédiffuseur hôte puisse retransmettre le match SEULEMENT ET UNIQUEMENT PAR VOIE TERRIENNE SUR SON TERRITOIRE NATIONAL.

L’inobservation de cette obligation entraîne, outre les sanctions pécuniaires, l’élimination pure et simple de l’équipe du pays hôte de la Coupe d’Afrique des Nations, si le match est retransmis en direct par voie satellitaire, donnant la possibilité à d’autres télévisions de reprendre le signal et de le rediffuser.

Toutefois, si le pays ne dispose pas de Station Terrienne lui permettant de retransmettre le match par faisceaux hertziens ou si la RTG, dans notre cas, n’a pas la possibilité de crypter les images à l’international, il va sans dire que le match sera produit par un prestataire de la CAF ayant les capacités techniques exigées.

C’est pourquoi d’ailleurs, avant CIS MÉDIAS, la plupart des matches du Syli National à Conakry ont été produits par des prestataires de la CAF, via Lagardere Sports, tels que AMP VISUAL ou MEDIALUSO qui déploient à Conakry pour chaque rencontre, tout un arsenal de matériels et équipements de production et de télédiffusion.
Dans pareil cas, la Fédération Nationale recevant supporte obligatoirement une partie des frais de production du match.

Faut-il rappeler d’ailleurs que la RTG est autorisée à diffuser gratuitement le match en léger différé mais pas en direct.

Pour rappel, la FGF a frôlé, en 2012, le paiement de 400.000 euros d’amende à la CAF pour le fait que le signal de la RTG Koloma a été piraté par une chaîne de télévision Égyptienne qui s’est tapée beaucoup de sous lors du match GUINEE-EGYPTE, comptant pour les éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA BRESIL 2014.

Il a fallu, à l’époque, que la Fédération produise des éléments tangibles et palpables pour apporter la preuve que la faute ne lui était nullement imputable car, elle avait pris toutes les dispositions administratives pour alerter la RTG et les Autorités des Départements de l’Information et des Sports sur les exigences réglementaires en la matière.

La question que beaucoup se posent souvent est de savoir pourquoi certaines télévisions qui sont sur le bouquet de CANALSAT comme la RTS ou l’ORTM ou encore la RTB passent les matches de leurs sélections nationales ?

La réponse est bien simple.

Ces télévisions étant, dans la plupart des cas des Régies Autonomes, achètent les droits de retransmission en direct des matches de leurs équipes nationales quand celles-ci sont en déplacement.

Aussi, il arrive souvent que CANALSAT achète les droits de quelques matches qu’il passe exclusivement sur son bouquet.

Au regard de ce qui précède et sans avoir la prétention de connaître les relations de collaboration entre CIS MEDIAS et LAGARDERE SPORTS, je pense, à mon humble avis, que CIS MÉDIAS a été choisi par la CAF ces derniers temps pour la production des matches de l’Equipe Nationale A et des Clubs représentatifs, parce que cette chaîne de télévision a le double avantage d’être guinéenne mais aussi et surtout, parce qu’elle a la capacité technique de produire et de crypter ses images à l’international, tout en garantissant la mise à disposition du son international et de l’image seulement aux télévisions partenaires de la CAF.

De toute façon, avec ou sans CIS MÉDIAS, la CAF aurait fait produire nos matches à domicile, par un prestataire répondant aux normes et qualités requises.

Peut-être que CIS MÉDIAS a également acheté des droits de diffusion de ce match sur son bouquet. Si tel est le cas, CIS MÉDIAS peut même diffuser le match en clair et par voie satellitaire.

Pour corriger cette situation qui perdurera tant que le statu quo va demeurer, il convient de réaliser dans notre cher pays, une Station Terrienne de grande portée et assurer à la RTG Koloma l’acquisition de matériels et équipements techniques adéquats, permettant de produire et diffuser les matches en direct, tel que spécifié dans le cahier de charges de la centralisation des droits.

J’espère que ces explications que je considère comme une simple contribution, aideront à mieux cerner la problématique de la retransmission télévisuelle des matches sur notre territoire national.

Meilleures salutations.

Ibrahima Blasco BARRY
Tel: 622455059
@: ibrahimablasco@hotmail.fr

………………………………………………………

Ce que le dernier Conseil des ministres en dit…

« Il a rappelé que les chefs d’Etat africains ont adopté le 31 Janvier 2017 à Addis-Abeba, une motion dénonçant l’injustice faite à la jeunesse africaine qui est parfois privée du droit de suivre les manifestations sportives mondiales auxquelles les Etats africains sont parfois associés. Le coût prohibitif des droits de retransmission de ces rencontres sportives constituent une barrière infranchissable pour les économies en construction de ces pays.

L’Union Africaine de Radiodiffusion (UAR), regroupant les représentants des télévisions et radiodiffuseurs africains de service public a adopté une déclaration à cet effet le 10 Novembre 2018 (Déclaration d’Abidjan) pour réaffirmer son attachement au Mémorandum des chefs d’Etat et réitérer que seule une loi relative aux conditions de retransmission des évènements sportifs est à même de mettre fin à des pratiques destinées à balkaniser le continent pour enrichir des instances étrangères de gestion des évènements sportifs.

Le Ministre a indiqué que la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (RTG) est aujourd’hui confrontée à l’insuffisance d’équipements techniques répondant aux standards de la CAF pour produire des matchs à domicile, et à la perte de son statut de diffuseur local attribué actuellement à une chaine privée.

Pour des raisons techniques, institutionnelles et juridiques, elle ne peut que partiellement assurer la retransmission des matchs de nos équipes nationales.

Le Ministre a soutenu que l’acquisition de ces équipements dans un délai raisonnable est nécessaire pour permettre la retransmission des matchs des équipes nationales joués à domicile.

C’est dans ce cadre que la Guinée a mandaté l’Union Africaine de Radiodiffusion pour la représenter dans les négociations en vue de la concession de droits de retransmission des éditions de 2019, 2021, 2023 de la coupe d’Afrique des Nations de Football.

Au terme de l’exposé, le conseil a apporté son soutien au Ministre et recommandé la retransmission des évènements sportifs Internationaux sur les antennes des médias publics guinéens. Il recommande également l’équipement de la RTG afin de lui conférer le statut d’un véritable médium de service public. Pour ce faire, il a instruit le Ministre de travailler en concertation avec les Ministres en charge des Finances et du Budget pour présenter un budget pour l’acquisition desdits équipements ».

Publicités