La ministre de l’Information et de la communication a conféré dans la matinée de ce vendredi 24 décembre avec les associations de presse. Rose Pola Pricemou, a mis l’occasion à profit pour évoquer la situation de la presse guinéenne.

Dans la salle Mohamed Koula Diallo, de la Maison de la presse, la ministre de l’Information a entamé sa communication par observer une minutes de silence à la mémoire des acteurs de la presse qui ont été victimes dans l’exercice de leur métier.

Dans leurs communications les représentants des associations de presse, et syndicats ont sollicité l’accompagnement de l’Etat pour doter la Guinée d’une maison de presse digne de nom. Ils ont également fait cas de l’augmentation du montant de la subvention accordée à la presse mais aussi l’accès équitable des médias aux informations pour limiter les rumeurs.

Au terme des débats et après avoir écouté les préoccupations des représentants des associations de presse, la ministre de l’Information et de la communication, madame Rose Pola Pricemou, a rassuré l’auditoire. « Pour moi, il est plus que nécessaire d’avoir une presse libre, solidaire et épanouie qui se veut sociale et qui est à l’écoute de la population et qu’elle soit avec ceux qui tiennent désormais les rênes du pays. Nous souhaitons que la collaboration avec le gouvernement actuel, soit de plus en plus saine, une collaboration réussie pour que notre société amorce un véritable développement. Et cela ne peut passer sans une bonne information et une bonne communication des valeurs que nous prônons. Nous ne voulons pas d’une presse qui se veut censurée, mon combat aujourd’hui c’est pour que la presse puisse exister, mais qu’elle existe de façon libre et transparente pour que nous puissions réussir cette transition, nous ne pourrons le faire sans vous la presse », a laissé entendre la Ministre de l’Information et de la Communication.

« Cette rencontre nous a permis de mettre la lumière et l’accent sur un certain nombre de problématiques que nous avons déjà évoqués, c’est les problématiques des différentes lois du cadre juridique et réglementaire, la problématique de la formation, il y a eu aussi la question de la maison de la presse, qui reste une des préoccupations majeures des acteurs de cette presse là, nous les avons tous pris et il y a eu également le sujet de l’implication des femmes. Personnellement, je prends ce sujet à cœur et nous prendrons toutes les dispositions pour qu’elles soient bien représentées dans la presse et qu’elles soient aussi parties prenantes dans les enjeux au niveau de la presse », a souhaité la ministre de l’information.

L’autre point qui a été touché et qui a retenu l’attention des différents acteurs, c’est la situation des employés de Djoma Media que le président de l’URTELGUI Aboubacar Camara, a qualifié de « catastrophique ». Sur ce sujet, la ministre a promis de s’investir pour permettre aux travailleurs de rentrer en possession de leurs salaires.

Thierno Abdoul Barry pour Guinee7.com