Confronté à une fronde des jeunes qui n’a toujours pas trouvé d’issue favorable, le parti au pouvoir craint dorénavant que les syndicats n’engagent un bras de fer avec le pouvoir.

La crise qui mine le RPG-arc-en-ciel est loin de s’estomper, avec des velléitaires qui s’organiseraient du côté de l’Hexagone, pour reprendre les choses en main, vu les tendances du chef de l’Etat à prendre ses distances avec son parti. A Conakry, les frondeurs ont décidé de créer le vide, en boudant les assemblées générales du RPG-arc-en-ciel, de quoi inquiéter la vieille garde qui craint que cette formation politique ne sombre, à cette allure.

Face à ce constat, certains barons du régime, dont le président de l’Assemblée nationale, Claude Kory Kondiano, ont exprimé leur préoccupation lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée le samedi dernier au siège du parti situé au quartier gbessia. Dans son intervention, Kory a appelé les jeunes à  revenir. A ne pas bouder le parti. Il dit  comprendre « leur frustration, mais ils doivent savoir que quand on exerce les hautes fonctions de l’Etat, on ne peut pas se permettre de tout faire et en tout lieu », a-t-il plaidé. Le président de l’assemblée nationale a ainsi invité « les responsables des sections et sous-sections du parti, à appeler leurs amis, afin qu’ils  reviennent. »

Il a affiché son appartenance  au RPG, qu’il a qualifié de « grand parti, qui doit   subsister,  au risque de donner un plateau d’or à leurs adversaires… »

Elhadj Ahmed Tidiane Traoré, ministre conseiller à la présidence lui emboitera le pas en lançant un appel aux militants du parti mais aussi aux syndicats, afin qu’ils renoncent à leur grève. Une grève prévue pour ce lundi, et qui semble ébranler la majorité présidentielle.

Pour Ahmed Tidiane Traoré, « le premier syndicaliste est monsieur Alpha Condé, car dès son accession au pouvoir, conscient que le salaire des travailleurs est petit, il a augmenté le salaire des fonctionnaires de 40% et fixé le  SMIG à 440.000 GNF. » Rappelant au passage qu’avant « son accession au pouvoir, notre pays était plongé dans un puits. Aujourd’hui, il est parvenu à relancer notre économie, surtout avec le PPTE », selon lui.

Et d’annoncer qu’à « la fin de ce mois, une délégation de la Banque mondiale doit venir dans notre pays. Et, c’est en ce moment là que les syndicats veulent plonger notre pays dans cette situation qu’on ne souhaite, donc je vous supplie, disons à nos frères syndicalistes de suspendre cette grève, après cette période, s’il n’y a pas eu accords ils pourront y aller en grève », a-t-il lancé.

M. Traoré a pour finir, indiqué qu’après leur assemblée générale, le bureau politique du RPG au grand complet irait rencontrer les syndicats, afin de les supplier de suspendre pour l’instant à leur mot de grève.

Cette démarche du parti au pouvoir démontre que la majorité présidentielle a une peur bleue de la menace syndicale. Car, les mouvements de grève peuvent parfois dégénérer en violences, difficiles à contenir par les pouvoir publics.

Mamady 3 Condé in Le Démocrate, partenaire de guinee7.com