Dans une déclaration dont copie a été transmise à notre rédaction, le RPG-Arc-En-Ciel, parti au pouvoir répond aux propos de Cellou Dalein Diallo et de Sidya Touré. Une réponse molle, diraient certains, mais qui a le mérite d’être. Compte tenu du fait que ce parti est généralement effacé face, parfois à des invectives lancées par des partis politiques à l’égard du chef de l’Etat. En l’absence de son parti celui est souvent obligé de répondre non sans agacer parfois. Voici la déclaration par laquelle le RPG semble se réveiller.

‘‘Depuis un certain temps, il nous a été donné de constater certaines dérives dans les communications au biais de propos souvent, très outrageux et dénués de toute responsabilité surtout de la part de personnes qui aspirent à la magistrature suprême de notre République.

En effet, lorsque Sidya dit : « si les élections n’ont pas lieu le 15 juin 2015, nous entrons dans une transition ». Faut-il continuer à donner libre cours à de telles allégations subversives qui menacent de façon claire, l’existence de toutes nos institutions républicaines chèrement acquises ?

Ne doit-on pas rappeler à ce Monsieur que le peuple de Guinée vient de voter dans la dignité sans aucun incident, le 28 septembre 2013 et que par cet acte, le peuple de Guinée a non seulement montré sa maturité politique mais aussi marqué la fin de cette longue et difficile transition qu’il a connue ? De quelle autre transition M. Sidya nous parle t-il ? A condition qu’il ait autres idées.

Il est temps que tous les démocrates s’unissent pour renforcer notre jeune démocratie qui s’enracine lentement mais surement, n’en déplaisent à ses détracteurs.

Quant à M. Cellou Dalein, qui déclare : « si j’accepte des élections truquées, mes militants me tueront et revendiqueront leur victoire… » Il peut rester tranquille, les élections seront toujours transparentes avec le Professeur Alpha CONDE (premier Président démocratiquement élu) et le RPG Arc-En-Ciel.

Aussi, nous nous refusons de croire même, qu’un leader politique qui a la prétention de gouverner un pays, puisse tenir de tels propos. En le tenant, M. Cellou se disqualifie du coût devant le peuple qui n’est pas dupe et qui reste intelligent.

Ainsi faut –il, lui rappeler que la qualité essentielle d’un vrai leader est de mener ses hommes et non de subir leur ire. Un tel mea culpa n’est-il pas le signe manifeste de l’incapacité managériale du futur gouvernant dont il rêve d’être ?

Enfin dans le cadre du rayonnement et de l’affermissement de notre démocratie, nous invitons tous les acteurs politiques à mettre au-dessus de tout, l’intérêt de notre chère Guinée.”

Conakry, le 12 mai 2014

Le Secrétaire Administratif
Lansana KOMARA

Publicités