Sansy Kaba Diakité, Said Fofana et Bertrand Cochery

Le Premier Ministre Mohamed Saïd Fofana a lancé officiellement les 72 heures du livre au Centre Culturel Franco-guinéen. Ce, en présence de certains membres du gouvernement, des auteurs venus de tous les horizons, de représentants d’institutions internationales dont Metsi Maketa, directrice Pays du PNUD, Bertrand Cochery, ambassadeur de France en Guinée, Daniel Courriol, directeur du  CCFG.

S’adressant au public qui s’est massivement déplacé, le directeur du CCFG, M. Daniel Courriol après avoir souhaité la bienvenue à ses hôtes, a indiqué que la question du livre et du développement est fondamentale. Et a ajouté : ‘‘Je sais combien l’action pour l’écriture est un combat essentiel.’’

Sansy Kaba Diakité, directeur général des éditions Harmattan Guinée a d’entrée estimé que c’est ‘’un rêve qui de plus en plus est en train d’être une réalité avec la tenue de ce sixième salon du livre’’. Et de se souvenir : ‘‘il y a six ans, on rêvait de faire de la Guinée la capitale du livre en Afrique, le rêve va devenir une réalité malgré toutes les difficultés’’.

Il rappelle qu’’’Il n’y pas de politique culturelle sans une implication de l’Etat. Durant 12 mois, des jeunes bénévoles ont travaillé sans relâche pour que cet événement soit un succès. Je salue le Collectif des écrivains’’.

Le gouvernement promet une ligne budgétaire pour accompagner l’événement

Kindia est la ville invitée du salon de cette année intitulé ‘‘Livre et développement local’’. Et Sansy Kaba révèle qu’il ‘‘y a des villes, des quartiers qui n’ont pas de livres. Et Kindia est une ville modèle, car elle a donné l’exemple à la Guinée en matière de développement local. Pendant ces  3 jours, vous aurez près de 400 auteurs  qui passeront ici. Je voudrais féliciter Liliam Thuram qui a accepté de répondre à l’invitation’’. Ce matin, en présence du premier ministre, l’assistance a remarqué que Sansy Kaba Diakité a distribué comme de petits pains des félicitations à tout le monde ou presque sauf au gouvernement à qui il a tout de même lancé un appel ‘‘afin qu’il accompagne le livre. A travers le livre, on peut instruire la jeunesse. C’est à travers le livre que la jeunesse peut s’instruire et construire son avenir’’.

Comme pour lui répondre, le ministre de la Culture et du Patrimoine Historique, Ahmed Tidiane Cissé, a rassuré que son Ministère s’engage à accompagner cette initiative en ‘‘mettant une ligne  budgétaire pour cet événement’’. Comme lui, le Premier Said Fofana, a dit que: ‘‘Les organisateurs peuvent compter sur notre soutien concret et effectif. Et je vous confirme la mise en place d’une ligne budgétaire pour accompagner cet événement.’’

La France a donné 20 mille euros (190 millions GNF) pour l’organisation

Le Premier Ministre avec le Pr Tamsir Niane, au stand de la SAEC

L’ambassadeur de France en Guinée, M. Bertrand Cochery a lui, précisé que: ‘‘Les 72 heures du livre, c’est la fidélité à un rendez-vous annuel, c’est la capacité de mobiliser les auteurs. L’ambassade de France est heureuse d’accompagner cet événement.  C’est une somme de 20 mille Euro qu’on a investi pour cet événement. Le livre fait partie intégrante du développement humain.’’

Le Président du collectif des écrivains de Guinée, M. Lamine Capi Camara a dans son allocution salué ‘‘le dynamisme des organisateurs. Au fil des éditions, les 72 heures du livre sont devenues l’élément culturel le plus important du pays. Notre ambition est de faire de la capitale Conakry, la capitale du livre en Afrique. Il faut semer aujourd’hui, pour récolter demain’’.

Mme Mesti Makéta, Directrice Pays du PNUD  a déclaré : ‘‘Cet événement annuel démontre à suffisance combien le peuple a besoin de lire. ‘Les 72 heures du livre’ sensibilise la population, crée une dynamique culturelle à travers les communautés. C’est pourquoi en tant qu’institution, le PNUD, le PNUD est fier de s’associer à cet évènement.  Nous avons la conviction qu’investir dans le livre, c’est participer à l’épanouissement de la jeunesse. En plus de cet aspect, le thème de cette 6ème  édition cadre avec les objectifs du PNUD. En participant à ce salon, le PNUD entend accompagner le gouvernement par la réalisation de bibliothèque pour les jeunes. D’ailleurs, la 1ère bibliothèque sera inaugurée au lycée Coléah à Matam. Je profite de cette tribune pour vous annoncer que le PNUD offre 35 millions GNF pour permettre aux jeunes d’acheter des livres lors de ce salon.’’

La cérémonie a pris fin par la  visite des stands notamment le stand de la maison d’Edition SAEC où le Premier Ministre s’est longuement entretenu avec le Pr Djibril Tamsir Niane.

Il faut rappeler que le fondateur des éditions Harmattan et l’ancien footballeur français, Lilliam Thuram sont présents à cette édition du salon du livre dont le clou sera une excursion sur Kindia où le Maire de la ville recevra une légion d’honneur de la France.

El Hadj Mohamed Koula Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici