La mairie de la commune de Matoto a abrité, ce lundi 26 août, la cérémonie officielle de lancement de la campagne de vaccination contre la rage basée sur le risque.

C’est en présence du maire de la commune, de plusieurs chefs de quartier et des religieux de la commune, que le ministre Roger Patrick Millimono, accompagné de ses techniciens, a donné le ton.

Cette campagne concerne quatre (4) localités dont la commune de Matoto et N’Zérékoré, et va s’attendre sur au moins une année.

Dans son allocution, Patrick Millimono a rappelé que : « Lors de ma conférence de presse, j’ai annoncé cette campagne nationale à cette date. Elle concerne quatre localités, dont la commune de Matoto. C’est les zones les plus affectées, où il y a beaucoup de cas de morsures, avec 16 cas sur 22, d’après le laboratoire, qui sont positifs. Donc, ces chiens étaient affectés de rage et les personnes mordues aussi étaient automatiquement affectées ; donc il fallait prendre des précautions et leur donner des soins appropriés ».

Il a ajouté par ailleurs que : « Il faudrait que je vous dise qu’il y aura une autre campagne de vaccination avec l’appui de la FAO, comme chaque année. Ça sera dans deux mois ; cela va couvrir plus de localités que nous couvrons aujourd’hui avec cette campagne. La vaccination est gratuite, même celle qu’on fera dans deux mois sera essentiellement sur le budget national ».

Et d’informer enfin que : « Nous avons un Code de l’élevage ; dans ce code il y a des dispositions qui indiquent quelles sont les conditions pour élever un animal de compagnie, par exemple les chiens, les chats etc. Parce que même les chats peuvent être atteints de la rage et transmettre la maladie ».

Principal hôte de l’événement, le maire de la commune de Matoto, Mamadouba Tos Camara, après avoir souhaité la bienvenue, a indiqué que : « Le choix de notre commune, Matoto, la plus grande collectivité guinéenne, traduit à suffisance que le gouvernement guinéen, singulièrement le président de la République, Pr Alpha Condé, accorde à la préservation de la santé de la population de Matoto. On ne peut pas entretenir cette santé, si nos animaux domestiques ne sont pas débarrassés de certaines maladies à haut risque et transmissibles à l’homme. C’est donc pour moi l’occasion d’inviter les citoyens et citoyennes de la commune à se mettre à la disposition des agents vaccinateurs, pour faciliter cette opération de santé publique. Je voudrais remercier les partenaires au développement, qui ne cessent de ménager leurs efforts pour accompagner le gouvernement guinéen ».

Représentant l’OMS et la FAO, Mamadou Racine N’diaye, à son tour, a estimé que : « Les partenaires techniques et financiers tiennent sincèrement à remercier le gouvernement de la Guinée, en particulier le ministre de l’Elevage, pour avoir permis et fortement soutenu l’organisation de cette cérémonie officielle de lancement de la campagne basée sur les risques contre la rage en Guinée ».

Enfin, il a enseigné que : « Comme vous le savez, la rage est une maladie infectieuse d’origine virale, qui est presque toujours mortelle ; elle est présente sur tous les continents, sauf l’Antarctique. Plus de 95% de cas humains mortels viennent d’Asie et d’Afrique ; elle fait partie des maladies tropicales négligées touchant surtout les populations pauvres et vulnérables vivant en milieu rural isolé. Bien qu’il existe des vaccins efficaces pour l’homme, ces produits ne sont pas facilement disponibles et accessibles pour ceux qui en ont besoin. Dans le monde, les décès dus à la rage sont rarement notifiés et les enfants de 5 à 15 ans en sont les fréquentes victimes ».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici