L’actualité était dominée, lundi, 23 mai 2016, dans la préfecture de Labé, chef-lieu de la Région Administrative (RA), à la célébration de la Journée internationale de la lutte contre les Fistules obstétricales, rapporte l’AGP dans la Région.

L’évènement a mobilisé l’ensemble des acteurs concernés, venus des cinq (05) préfectures de la Région Administratives (RA) de Labé : autorités régionales, techniciens de la Santé, élus locaux, acteurs de la Société civile, chefs religieux, étudiantes, anciennes pensionnaires du Centre de prise en charge des fistules obstétricales de l’Hôpital régional, partenaires du Système des Nations Unies (SNU) et délégués du Ministère de la Santé.

«Depuis l’ouverture de son bureau en juin 2009 à l’Hôpital régional de Labé, le Centre de prise en charge des fistules obstétricales a enregistré 669 cas, parmi lesquels 524 femmes ont recouvré leur santé», a rappelé le directeur régional de la Santé de Labé, Dr El hadj Mamadou Houdy Bah.

Dans son allocution de circonstance, le directeur de Cabinet du Gouvernorat de la RA de Labé, El hadj Souleymane Baldé est largement revenu sur certains facteurs de blocage de la prise en charge rapide des femmes en état de travail.

«Notre région, bien que disposant des structures de santé, manque de personnel, surtout de sages-femmes. A cela, s’ajoute l’enclavement de nos collectivités et l’état de dégradation très poussée de la plupart de nos axes routiers.

Autres réalités, c’est l’insuffisance d’accouchement assistés par un personnel qualifié».

A son tour, le représentant-résident du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) en République de Guinée, Cheick Fall a réitéré  l’engagement de son institution à ne ménager aucun effort pour gagner le combat contre les fistules obstétricales dans le pays.

C’est pourquoi, au nom de son ministre, le directeur national de la Santé Familiale et Nutrition (SFN), Dr Mamadi Kourouma a invité les autorités régionales de Labé, à accompagner les techniciens de la Santé dans la sensibilisation.

En attendant, l’UNFPA a mis la célébration de cette Journée internationale à profit pour offrir des kits de Santé de la Reproduction à l’ensemble des structures de santé de la Région. Kits césariens et d’accouchement sont évalués à 500 millions de francs guinéens.

Source : AGP

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici