Le gouvernement guinéen a décidé de faire « Le point » à travers des sketchs, pardon des sortes d’interviews tv diffusées sur la RTG. Cette théâtralisation du devoir des gouvernants -fussent-ils des putschistes-à rendre des comptes ne semble pas attirer l’attention des Guinéens étreints par des difficultés de tous ordres, mais aussi orientés vers d’autres centres d’intérêt médiatique : Le Mondial et le procès du 28 septembre.

La mise en scène du ministère de la Communication n’a non plus pas fait oublier qu’il y a quelques mois, les hauts cadres du régime de la Transition notamment Dansa Kourouma (CNT), Ousmane Gaoual (gouvernement), ont écrit à des entreprises publiques, parapubliques et mêmes privées, pour payer à prix d’or des insertions publicitaires dans le journal Le Point. Si certaines entreprises-surtout privées-, avaient refusé de tomber dans la supercherie, beaucoup d’autres par contre avaient payé de faramineuses sommes à une entreprise logée à Andorre, pays considéré comme un paradis fiscal. Le scandale ? Le spécial Guinée qui devrait être publié par Le Point n’a toujours pas été fait. Soit environ quatre mois après certains paiements. Une dilapidation de derniers publics. Certains estiment à plus d’un million de dollars payé pour rien.

Lire aussi :  Guinée. Le scandale des insertions publicitaires dans « Le Point »

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com