Lors de sa conférence de presse, le mercredi dernier, le Premier ministre, chef du gouvernement, Ibrahima Kassory Fofana, a réitéré l’interdiction des manifestations, tant que celles-ci menacent la paix et la quiétude sociale.

Ce vendredi 31 mai, dans la salle de conférence Mohamed Koula Diallo de la Maison de la presse, Aliou Bah, président du parti MODEL et membre du Front national pour défense de la constitution (FNDC), a déclaré que le FNDC ne sent pas concerné par les propos du Premier ministre.

« Le FNDC ne sent pas menacé, encore moins concerné, par des menaces qui violent systématiquement notre constitution. Le droit de manifester est un droit qui obtenu de haute lutte ; Alpha Condé qui est au pouvoir a participé à ce combat. Une décision ne peut pas remettre ce que la constitution a octroyé aux compatriotes. C’est inacceptable ; en plus, le fait d’ajouter des parties du territoire, c’est une honte pour un Premier ministre, parce qu’il n’y a pas un mettre carré dans la République qui fait exception. Donc, nous ne nous sentons pas concernés de menace », a déclaré Aliou Bah avec un ton ferme.

D’ailleurs, pour cet opposant, « s’il y a la peur, c’est dans le camp de ceux qui sont en train de violer la loi. Nous sommes légalistes, nous sommes conformes aux dispositions légales. Si c’est nécessaire de manifester, le FNDC va manifester sur tous les mètres carrés de la République ; que cela soit clair », prévient Aliou Bah.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici