Jusque-là le FNDC parlait au nom du peuple, parce que dans son entendement, il était le peuple. On a beau leur dire que les Guinéens sont divisés sur la question de la nouvelle constitution d’où l’idée de referendum pour les départager, ils n’entendaient pas raison.

Si le FNDC compte encore mobiliser des foules dans les rues pour se faire entendre, force est de reconnaitre qu’à lire sa dernière déclaration, on constate qu’il a mis de l’eau dans son Bissap.

Et ce commentaire de Sidya Touré en est une parfaite illustration : ‘‘nous allons continuer à manifester, parce que nous représentons la frange des Guinéens (donc une partie des Guinéens, NDLR) qui portent l’espoir pour ce pays de s’en sortir ; sinon nous allons couler.’’ Une reconnaissance de fait de l’autre camp.

Quelle est l’origine de cette évolution de vocabulaire ? Bien malin celui qui le dira avec certitude. On sait tout de même que ces derniers temps une manifestation du FNDC a été dispersée à coups de gaz lacrymogène obligeant les leaders à prendre la poudre d’escampette en abandonnant militants (et même voiture) sur le terrain ; on sait aussi qu’Alpha Condé a bénéficié d’un accueil triomphal à N’Zérékoré, au sud de la Guinée.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com   

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici