Pour protester contre un éventuel licenciement massif par AMCO-SGS, sous traitant de la SAG (société qui exploite l’or de la localité), le 23 décembre dernier, des citoyens de Bourré (Siguiri) furieux, ont barricadé la route principale qui relie le centre-ville de Siguiri aux bourgades du Bourré, dans la sous-préfecture de Kintinian. Suite à cette manifestation ‘‘les gendarmes sont venus ramasser tous ceux qui étaient regroupés à ces endroits. Pourtant certains parmi eux sensibilisaient contre la violence’’, témoigne Ibrahim Camara, citoyen de la localité. Qui estime par ailleurs que ‘‘tous ceux qui sont arrêtés ne sont pas coupables’’.

Ce que le préfet de Siguiri, M. Cheick Mohamed Diallo joint par Guinee7.com dément : ‘‘L’autorité ne peut pas procéder à des arrestations arbitraires. C’est des meneurs qui ont été arrêtés. La Transition est terminée. Tous les fauteurs de troubles feront face à la loi’’, dit-il.

Ce 26 décembre le calme est revenu dans le Bouré. Cependant la vingtaine de personnes croupit en prison à Siguiri. ‘‘Ils sont jetés en prison sans qu’on ne les interroge. ils sont en détention sans aucune forme de procès. On n’a pas accès à eux. On ne sait donc ils sont traités’’, lance un proche d’un détenu.

Dès l’annonce des émeutes, les ministres des Mines, Mohamed Lamine Fofana ; de l’Administration du Territoire, Alhassane Condé ; des Transports, Ahmed Tidiane Traoré (par ailleurs natif de la région), ont rallié Siguiri. S’ils ont réussi à ramener le calme dans la localité, ils n’ont cependant pas pu apaiser le cœur des proches des détenus qui, cependant ‘‘attendaient beaucoup plus d’eux’’, nous dit-on.

Aziz Sylla