Les auditions de la compétition “social entrepreneurship program”, initiée par l’équipe du salon des entrepreneurs de Guinée (SADEN) en collaboration avec la société financière internationale (SFI), la banque mondiale, le projet de développement agricole intégré de Guinée (PDAIG) et l’agence guinéenne de la promotion de l’emploi (AGUIPE), ont démarré ce lundi à Conakry, par la catégorie agrobusiness.

S’étendant sur six (6) jours, cette série d’auditions va permettre aux porteurs des 53 projets présélectionnés la semaine dernière, dans les catégories agrobusiness, santé, éducation, technologie, culture et tourisme, logistique et transport de présenter leurs projets.

Pour cette première session, dix candidats retenus dans la catégorie agrobusiness, ont à tour de rôle défendu leurs projets et répondu aux questions du jury.

D’après Dr Himideen Touré, vice-président du SADEN, cette compétition est une réponse à l’impact de la COVID-19, sur les entreprises.  « On a jugé avec nos partenaires de continuer à dynamiser malgré la crise dans l’écosystème entrepreneurial en organisant ce concours, qui a pour vocation de venir appuyer les lauréats, les candidats retenus pour la mise en œuvre de certains projets entrepreneuriaux. »

Avant d’informer qu’à la fin, « dans chaque catégorie, nous prévoyons de retenir deux lauréats, ce qui fait 12 projets qui seront primés jusqu’à hauteur de 10 000 dollars. Ce qui fait 100 millions de francs guinéens. »

Participant à ce concours dans la catégorie agrobusiness, Fatoumata Cissoko, après sa présentation, s’est dit optimiste. « J’ai porté le projet séchage et conservation de l’ananas. Parce que, la crise de la COVID-19 a vraiment affecté les producteurs d’ananas de la région de Kindia. J’ai besoin que ce projet m’aide à acheter les invendus des producteurs. »

Le coordinateur du PDAIG, Gassama Ibrahima Sambégou, s’est réjouis des différents projets. « Nous avions globalement suivi cinq (5) premiers projets, qui sont tous des projets assez intéressants dans le secteur agricole. Je pense qu’aujourd’hui le sentiment qu’on a, c’est qu’il y a une dynamique qui est enclenchée au niveau du secteur agricole. Notamment chez les jeunes. Ça c’est assez capital » a-t-il apprécié.

Coprésident du jury, Guy Laurent Fondjo, a étalé son rôle. « Le jury dans lequel nous participons aujourd’hui, a pour objectif de sélectionner, d’évaluer l’ensemble des projets qui ont été soumis par de jeunes guinéens. Et ce qu’on remarque, c’est beaucoup de créativité » a-t-il fait savoir.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com