En marge de la conférence de presse qu’il a animée ce vendredi 3 janvier, dans un complexe hôtelier de Conakry, le ministre du Commerce, Boubacar Barry, a été interpellé sur le soutien du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA) aux actions du Front national de la défense de la constitution (FNDC).

Ceux qui veulent manifester ont le droit de manifester; ceux qui ne veulent pas manifester aussi, doivent pouvoir vaquer à leurs occupations

‘‘Les opérateurs économiques ne sont pas concernés par ces questions. Certaines personnes s’érigent en représentants des opérateurs économiques pour les inciter à aller dans cet environnement politique qui ne dit pas son nom. Je condamne avec une grande fermeté ce type d’attitude là. Je crois qu’il faut laisser les politiciens le soin de faire de la politique et permettre aux opérateurs qui vivent au jour le jour du fruit de leur travail, à mener leurs activités. De toutes les façons, le gouvernement prendra des dispositions sécuritaires pour que chacun puisse exercer son droit constitutionnel. Ceux qui veulent manifester ont le droit de manifester, c’est reconnu par la loi, ils vont manifester comme ils le souhaitent ; ceux qui ne veulent pas manifester aussi, doivent pouvoir vaquer à leurs occupations et à développer leurs activités. Donc nous allons veiller à ce que cela se fasse’’, a indiqué le ministre du Commerce.

Le GOHA n’est pas partenaire à la chambre du commerce, il n’existe même pas comme structure interne au niveau de la chambre du commerce ; le GOHA est une ONG

Enfin, ‘‘il faut préciser que le GOHA n’est pas partenaire au ministère du commerce, le GOHA n’est pas partenaire à la chambre du commerce, il n’existe même pas comme structure interne au niveau de la chambre du commerce. Le GOHA est une ONG et des ONG sont aussi régies par des règles, des dispositions réglementaires qu’elles sont tenues de respecter. Je demande à monsieur Abdallah de se ressaisir, s’il veut faire de la politique, c’est son droit, il peut faire sa politique. Mais qu’il n’entraine pas les organisations socio professionnelles qui se consacrent au développement de leurs activités à des activités qui ne les concernent nullement. Donc je dis et je répète que les opérateurs économiques ne sont pas concernés par cette question, le gouvernement prendra toutes ses dispositions et chacun assumera les conséquences de ses actes et de ses positions’’.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com