Le syndicat guinéen a rendu les honneurs à Louis Bemba Soumah, dans les locaux du Palais du peule de Conakry, ce vendredi 6 novembre.

Face à sa famille, les syndicalistes et anciens fonctionnaires, tous ayant collaboré de près ou de loin avec le défunt, ont vanté les mérites de cet homme qui a fait son temps dans la lutte pour les droits des travailleurs guinéens et qui a tiré sa révérence le 1er novembre 2020 dernier.

Il était le porte-voix de ceux qui ne peuvent pas parler, il n’a jamais mâché ses mots

Abdoulaye Sow, secrétaire général de l’USTG : « Louis M’bemba Soumah, c’est le symbole du vrai syndicaliste en Guinée, en Afrique et dans le monde. C’était un homme digne, sincère, qui avait le contact facile, très humain, qui a combattu pour les autres, pour les pauvres. Il était le porte-voix de ceux qui ne peuvent pas parler, il n’a jamais mâché ses mots. Il a toujours dit ce qu’il pense dans le cadre du rôle régalien du syndicaliste qui est défendre le droit du travail et des travailleurs. Donc, aujourd’hui on est fortement choqué ; l’émotion est très forte, parce que nous perdons en lui un homme exceptionnel, un défenseur exceptionnel qui a servi non seulement le travailleur de Guinée, mais aussi le peuple de Guinée. Parce qu’il est l’un des partisans de la démocratie en Guinée. Donc, c’est un grand baobab qui s’est couché ».

Quelqu’un qui s’est sacrifié pour l’amélioration des conditions de vie des enseignants. Aussi, qui a écopé 17 fois la prison pour améliorer les conditions de vie des enseignants  

Aboubacar Soumah du SLECG : « Ce que je retiens de Louis M’Bemba Soumah : D’abord, c’est que je suis son produit. Il a été un responsable syndical honnête, qui n’hésitait pas, il ne reculait pas. Quand il prenait une décision, c’est jusqu’au bout. Dans le cadre de la revendication, aucune corruption ne peut l’arrêter, aucune exaction ne peut l’empêcher d’atteindre son objectif. Donc, ce que nous retenons de lui, il a été un brave homme, un timonier. Quelqu’un qui s’est sacrifié pour l’amélioration des conditions de vie des enseignants. Aussi, qui a écopé 17 fois la prison pour améliorer les conditions de vie des enseignants » .

Il a été parmi ceux qui se sont battus également pour que nous qui étions au CTRN accélérions l’adoption de la loi sur le pluralisme syndical

Kabinet Komara, ancien Premier ministre : « J’ai eu le privilège d’avoir connu le frère Louis M’bemba, quand j’étais membre du Conseil national de la transition. Ils ont engagé une bataille acharnée à l’époque, contre l’augmentation de la misère. À un moment donné, il a estimé que les négociations qui se passaient avec le ministère des Finances qui parlait du taux de croissance, de l’inflation, n’était pas en rapport avec le panier de la ménagère. C’est pour cela qu’il a pris le courage à deux mains, pour carrément briser toutes les étapes et directement aller voir le chef de l’Etat. Heureusement, le président a cédé et c’est ce qui a permis de multiplier le salaire à 100% pour la première fois en Guinée. Il a été parmi ceux qui se sont battus également pour que nous, qui étions au CTRN, accélérions l’adoption de la loi sur le pluralisme syndical ».

Après ces honneurs, le défunt rejoindra sa dernière demeure demain, samedi, au cimetière Cameroun de Conakry.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com