Le petit port de pêche de la localité marocaine de Oued Rmel (région Tanger-Tetouane) est devenue, par la volonté de Mohamed 6, roi du Maroc, un acteur portuaire et industriel de premier plan en Afrique et en Méditerranée. Tanger Med, ça s’appelle. Il y a 16 ans, M6, voulant doter son royaume d’une infrastructure de rang mondial, pensait à un ‘‘noyau d’un grand complexe portuaire, logistique, industriel, commercial et touristique’’.

Le rêve marocain décliné par le roi tourne aujourd’hui en… matérialité ! Développement intégré des régions marocaines mais aussi et surtout, ‘‘inscrire le Maroc acteur et partenaire dans les échanges économiques mondiaux’’.

En un mot ou en mille, ‘‘cette plateforme aux meilleurs standards internationaux est aujourd’hui un formidable levier pour la compétitivité de l’économie marocaine, souligne le président du Conseil de surveillance de l’Agence spéciale Tanger-Méditerranée (TMSA), Fouad Brini, non sans reconnaitre le mérite au roi de doter le royaume d’une infrastructure de rang mondial sur le détroit de Gilbraltar et en fait un acteur portuaire et industriel de premier plan en Afrique et en Méditerranée’’.  

Capacité additionnelle de 6 millions de conteneurs

Le prince héritier, Moulay El Hassan (à gauche) suit les explications de M. Brini

Vendredi 28 juin, le prince héritier, Moulay El Hassan, inaugure la plateforme Tanger Med2. Une nouvelle plateforme portuaire de 2 800 mètres linéaires de quai avec une capacité nominale totale d’environ 6 millions d’équivalent vingt pieds (EVP). Ce qui porte la capacité de l’ensemble du Tanger Med à 9 millions d’EVP. Les plus gros porte-conteneurs du monde de 400 mètres de long et pouvant transporter jusqu’à 22 000 conteneurs EVP, pourront y accoster. 120 millions de tonnes devraient être manutentionnés par an.

Maersk-APM, opérateur portuaire, leader mondial, y a investi 10 milliard de dirhams. Le TC4, sa concession, est doté de nouvelles technologies qui permettent une grande fluidité pour le traitement des conteneurs et leur mouvement sur le quai.

Le complexe Tanger Med, champion, toutes catégories

Tanger Med situé dans le nord du Maroc, à 40 km à l’est de Tanger sur le détroit de Gibraltar en Méditerranée, est à 14 km à peine des côtes espagnoles, et se trouve sur la voie de passage du commerce maritime mondial Est-Ouest entre l’Asie, l’Europe et l’Amérique du Nord. Une position on ne peut plus enviable.

‘‘Douze années se sont écoulées depuis le démarrage effectif du projet, et le modèle de gouvernance innovant, de l’Agence spéciale Tanger Med, est cité régulièrement parmi les meilleurs pratiques mondiales en tant que projet structurant et intégré, particulièrement en termes de partenariat public privé, et de synergie industrialo-portuaire’’, se réjouit Fouad Brini, le 28 juin, avant de préciser : ‘‘A ce jour, plus de 88 milliards de dirhams ont été investis dont 53 milliards de dirhams par les opérateurs privés.’’

  • Tanger Med est un puissant levier de développement économique et social qui s’étale sur un complexe portuaire de 1000 Ha (Tanger Med 1 ; Tanger Med 2 ; Port passager et roulier) ; à cela s’ajoute une zone d’activités industrielle et logistique (1600 hectares).
  • Tanger Med connecté avec 186 ports et 77 pays, classe le Maroc au 17eme rang mondial des pays les plus connectés (CNUCED). Ce n’est pas tout.
  • Tanger Med est la première plateforme d’import et d’export du Maroc avec 317 milliards de dirhams de produits traités en import/export.

Programme d’investissement de 9 milliards de dirhams

Le TC3, l’autre partie du Tanger Med II va être opérationnel en 2020. L’entreprise marocaine Marsa Maroc, qui a remporté la concession, a réceptionné il y a quelques mois son quai de 800 mètres et les appels d’offres sont lancés pour l’acquisition de l’ensemble du matériel. L’investissement global avoisine les 2 milliards de dirhams. La capacité nominale de ce terminal est de 1 million d’EVP.

En plus de la plateforme industrielle de Tanger Med Zones (TMZ) qui intègre les secteurs de l’automobile, de l’aéronautique, de la logistique, du textile et des services, Tanger Free Zone (TFZ) représente la 1ere zone franche d’Afrique et de Méditerranée.

La Zone franche logistique gérée par Medhub, offre des avantages fiscaux et douaniers à ses clients, parmi lesquels, Bolloré, Bosch, Emirates ou SNTL.

La région va encore être plus intéressante avec la construction de la Cité Mohammed 6 Tanger Tech dont ‘‘le développement se fera en parfaite synergie avec les projets portuaires et logistiques de Tanger Med’’, mentionne M. Brini.  Déjà, en avril dernier, ce projet a été relancé à l’occasion de la signature d’un MoU entre la Société d’aménagement de Tanger Tech (SATT) et l’entreprise chinoise China Construction Communication Company. La smart city marocaine devrait accueillir industries et multinationales sur plus de 2 000 hectares.

Enfin, le président du Conseil de surveillance de l’Agence spéciale Tanger-Méditerranée, annonce ‘‘un nouveau programme d’investissement de 9 milliards de dirhams qui vise à accompagner la croissance des exportations marocaines, industrielles et agricoles, à travers l’extension des capacités de traitement portuaire et de l’aménagement de nouvelles zones de facilitation, en particulier pour le transport international routier (TIR)’’. Voir ci-dessous en PDF, Tanger Med en chiffres.

Soulager le panier de la ménagère africaine

Quid de l’Afrique subsaharienne ? ‘‘Aujourd’hui, l’Afrique représente près de 40% des trafics de Tanger Med. Les coûts logistiques ont baissé en Afrique grâce à la présence de Tanger Med. Le volume important des opérateurs maritimes crée la concurrence qui fait baisser les couts et consolide des flux sur le continent. La conséquence directe, c’est des flux supplémentaires à des prix bas. Ce qui baisse des couts au niveau des intrants. Bénéficier de la baisse des couts à l’importation, grâce à la logistique, rend le panier de la ménagère moins couteux’’, explique M. Brini.  

Tanger Med fait déjà des assistances techniques pour des ports africains (Cameroun), et à Abdjan (Côte d’Ivoire), il se prépare à construire un quai de fruits et produits.

Ibrahima s. Traoré, envoyé spécial de guinee7.com à Tanger