J’ai connu bien connu Kèlèfa SALL. Nous avons étudié ensemble à l’IPGAN (Institut Polytechnique Gamal Abdel Nasser) de Conakry. Lui, il a fait Faculté ESA, Option : Magistrature. Moi, j’ai fait la Faculté de Médecine Pharmacie. Nous sommes sortis ensemble de l’Université en 1981, avons fait ensemble la formation militaire au Centre Kwmé NKRUMAH en Juillet 1981. Nous y avons passé plus d’un mois. Nous sommes de la 16ème Promotion de l’Université Guinéenne ‘’Promotion Mohammed V’’. Avec les Andrée Mohammed TOURE le fils au Feu Président Sékou TOURE.

Au centre de formation Kwamé nous lui avons donné le sobriquet ‘’Soldat’’, du fait qu’il était, un humoriste de talent, ils avaient réussi à y faire jouer une pièce avec les Feu Souleymane DIABY et autres. Dans cette pièce il jouait le rôle de ‘’Soldat’’.

En fonction, il fut parmi les magistrats déflatés, donc mis au chômage, dans les années 1987-88 sans test par le Ministre de la Justice d’alors du Général Lansana CONTE Monsieur Bachir BARRY. Infortuné, avec son franc parler il s’était obligé d’aller demander des comptes au Ministre Bachir BARRY : « Sur quels critères vous vous êtes basé pour nous mettre en chômage… ? ».

Pendant ce calvaire, il venait souvent à NZérékoré nous trouver. On se côtoyait toujours, on allait jouer aux Cartes à la devanture de l’Hotel ‘’Forêt Sacrée’’ avec les Maitre Guilao de la Cour Suprême. Entre temps je viens à Conakry, je l’ai trouvé en fonction au TPI de Kaloum. C’est lui qui a signé le Certificat de Nationalité de ma femme Italienne, en 2001, conformément à un article du Code Civile guinéen qu’il m’a montré. Alors que d’autres par ignorance en avaient peur.

Mon ami, mon camarade de promotion Kèlèfa SALL Soldat, de père Toucouleur et de maman mandingue, était d’une sincérité peu guinéenne. Il était franc, sérieux, courageux, consciencieux, simple, l’impartialité est de son caractère. Il était d’une modestie exemplaire. L’orgueil n’était pas de son caractère. Il avait du respect pour tout le monde.

Elhadj Fanta Mady Condé

Pourtant, malgré toutes ses qualités de Magistrat le Soldat passait toujours inaperçu parmi les autres magistrats de la République. Son succès, son ascension jusqu’à sa nomination Président de la Cour Constitutionnelle, il doit cela à l’actuel président de la république. Ses pairs de la Cour Constitutionnelle en ont décidé autrement. Ce qui est aussi lié à son destin. Il est mort d’une belle mort naturelle. Il faudrait que les politiciens se ressaisissent. Seul le Tout Puissant Allah donne la mort. Je regrette très amèrement que son éplorée famille, emboite le pas à des politiciens jusqu’à incliner l’offre du Président de la République quant à l’organisation des obsèques de l’Illustre disparu.

Je présente mes condoléances les plus attristées à sa famille, au Peuple de Guinée et surtout au Président de la République Professeur Alpha CONDE qui l’a nommé par Décret, Président de la Cour Constitutionnelle.

Je prie Allah Le Tout Puissant d’avoir pitié de son Ame et l’accorde le Paradis. Amen.

Dr El Hadj Fanta Mady CONDE
Médecin Chirurgien
Service Gynéco-Obstétrique
Hôpital Boffa