Créé en 1989 sous forme de projet par le gouvernement guinéen en collaboration avec l’Agence française de développement (CFD) à l’époque, avec l’IRAM comme operateur technique ; le Crédit Rural de Guinée a traversé des phases correspondant chacune à des objectifs bien définis (expérimentation, diffusion, diversification, implication des bénéficiaires, institutionnalisation et privatisation).

Depuis le 28 novembre 2001, le CRG est devenu l’un des projets de l’Etat guinéen des 20 dernières années à réussir sa privatisation en une société anonyme et gérée par des nationaux, avec le capital détenu en majorité par les bénéficiaires et les salariés de l’entreprise.

Ce vendredi 18 septembre 2020, les responsables de la direction générale de ladite institution ont tenu une assemblée générale ordinaire à Conakry. L’objectif était de faire le bilan de l’ensemble des activités qui ont été réalisées dans l’exercice 2019, faire un bilan à mi-parcours et se projeter dans l’avenir.

Au sortir de cette rencontre, le directeur commercial et communication de Crédit rural de Guinée, Sékou Mohamed Condé, s’est félicité du bilan présenté au cours de cette cession : « C’est un sentiment de satisfaction par rapport à l’exercice passé. Il y a eu beaucoup de performances notamment dans la production de l’information. La qualité a beaucoup progressé, les délais ont été tenus et le réseau a connu vraiment un saut qualitatif. Nous tirons chapeau à l’ensemble des travailleurs, à nos partenaires et nos clients qui font l’effort de rester avec nous et pour lesquels nous nous battrons toujours ».

Pour le directeur général adjoint du Crédit Rural de Guinée, Abdoul Karim Touré, le chemin reste encore à parcourir. Car il estime que malgré les résultats remarquables fournis au cours de l’exercice précédent, il y a encore quelques insuffisances à corriger. « Beaucoup de choses ont marché, malgré les troubles socio-politiques. L’entreprise a pu dégager un bénéfice, ce qui permet de renforcer nos fonds propres et notre position de leader sur le plan national. Ce qui n’a pas marché, c’est un peu la situation des impayés que l’on a connus, malgré un résultat bénéficiaire. Aussi, il y a eu un niveau de retard plus ou moins élevé, chose qui aurait pu renforcer davantage notre résultat, si ces retards étaient vraiment recouvrés. Mais déjà les dispositions nécessaires sont prises afin de pouvoir recouvrer plus rapidement que possible », a-t-il promis.

Tamba Oularé du crédit rural de Guékédou, sort de la rencontre avec beaucoup de satisfaction au moment où tous les indicateurs sont à bon point. Toutefois, il énumère quelques difficultés auxquelles ils ont été confrontés durant l’exercice 2019 : « Tout ce qui été demandé au niveau des différentes directions a été honoré au moins à 90%, et cela va droit au cœur. J’ai eu des difficultés pendant les activités sur le terrain à partir du moment où nuit et jour nous pratiquons des trajets difficiles parfois la nuit afin d’atteindre les cibles. Mais nous nous engageons fermement puisque nous sommes au service du peuple, il est dit d’aller jusqu’aux fins fonds, servir le dernier paysan du dernier village ».

Une rencontre tenue dans un contexte sanitaire et de façon restreinte sous forme de procuration. Ce qui a permis aux représentants des caisses et des salariés de déléguer leur pouvoir aux 18 administrateurs de la société afin de les représenter dans les différentes assemblées. L’assemblée a présenté deux rapports. L’un portant sur la gestion, présenté par le Conseil d’administration et l’autre sur la situation globale du réseau par la Direction générale. Ces deux rapports, selon le Président du CA du CRG, sont notés très satisfaisants par les participants. « Les résultats annuels par rapport aux états financiers sont de 2 milliards huit cent millions de francs guinéens pour les activités de 2019. La Projection du plan 2020 est aussi instaurée depuis le début de l’année, nous estimons à cause de Covid 19, la projection ne sera pas convenablement respectée comme prévu. Mais avec tout ça, la projection financière nous dit coupablement que nous serons en dessous, ça veut dire que le résultat annuel de 2020 sera probablement dans la même proportion que celui de l’année dernière », a-t-il projeté.

Pour terminer, il faut rappeler que le Crédit rural de Guinée est une institution qui est à l’avant-garde de la lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales en Guinée. Elle a pour vision de contribuer à la stabilité sociale et le développement économique à travers tout le pays. Il comprend 172 caisses et présent dans plus 2500 villages dans le pays. Il a octroyé plus de 250 milliards de crédits et sécurisé environ 160 milliards d’épargne pour la population sur l’exercice passé. Actuellement, il a engagé de grandes réformes qui pourront davantage satisfaire les Guinéens.

Younoussa