En marge des plaidoiries dans l’affaire Boubacar Diallo dit Grenade, les avocats du jeune (en même temps avocats du principal parti de l’opposition, l’UFDG) ont accusé le procureur d’avoir un parti pris dans les dossiers. Ils arguent que s’il s’agit d’un militant de l’opposition qui est accusé, l’action publique est accélérée, mais si c’est le contraire, le ministère public ne bouge pas.

Les accusateurs se sont appuyés dans leurs argumentations sur les personnes tuées pendant les manifestations politiques, mais surtout quand le voiture du chef de file de l’opposition guinéenne a été attaquée à la Bellevue, le 23 octobre dernier.

En faisant ses répliques dans le procès de Grenade, le procureur Siddy Souleymane Ndiaye a balayé d’un revers de main ces accusations, tout en soutenant qu’au niveau des deux communes (Dixinn et Ratoma), qui se trouvent sous la tutelle du tribunal de Conakry II, les dossiers judiciaires ne connaîtront pas un traitement partial.

« La procédure est en cours dans une unité de la gendarmerie, l’avocat connait… Et cette procédure sera bientôt close », a réagi Siddy Souleymane Ndiaye, par rapport à l’attaque de la voiture de Cellou Dalein Diallo, le 23 octobre dernier.

« Monsieur le Président, cela veut dire que nous ne privilégions pas l’impunité. La brigade a fait un transport judiciaire, le procureur s’est rendu sur les lieux. Monsieur le Président, je me suis rendu sur les lieux en personne et en présence du pool d’avocats du chef de file de l’opposition, dans le souci de faire la lumière sur cette affaire. Monsieur le Président, c’est déjà ce qu’on appelle beaucoup d’effort », renchérit le procureur de la République près le tribunal de Conakry II.

Bhoye Barry pour guinee7.com
00224 628 705 199