Le procès contre le Général Nouhou Thiam et le Commandant Sékou Resco Camara s’est poursuivi, ce lundi 25 juin 2018, au tribunal de première instance de Dixinn. Les deux accusés et leurs avocats ont brillé par leur absence dans la salle d’audience.

Dans une salle presque vide, qui se préparait à abriter la suite des débats sur le fond du dossier, le visage de la partie civile s’est vite assombri, au constat de l’absence de la défense (accusés et leurs avocats). Les motifs de leur non-présence n’ont pas été notifiés au tribunal.

Énervé par le manque d’assiduité de la partie adverse dans le dossier, la partie civile a demandé au tribunal une continuation du procès sans la défense. Une demande approuvée par le parquet, mais qui a sollicité un renvoi du procès pour permettre des débats contradictoires.

Après avoir écouté le ministère public et la partie civile, le tribunal par la voix de son président, a finalement décidé de faire appel à la comparution forcée des deux accusés (le Général Nouhou Thiam et le Commandant Sékou Resco Camara) dès la prochaine audience, le 23 juillet prochain. Pour qu’ils viennent répondre aux accusations portées contre eux qui sont : racisme, ethnocentrisme, régionalisme, crimes et délits dans l’exercice de leurs fonctions entre les deux tours de la présidentielle de 2010.

Au sortir de l’audience, Me Martin Pradel, un des avocats de la partie civile, a déclaré qu’eux ils défendent « des hommes respectueux de la loi, qui sont toujours venus dès lors qu’ils ont été convoqués par la loi. Ils sont venus pour être confrontés à l’un de ceux qui sont responsables des exactions qu’ils ont subies. Nous nous attendions à ce que ces personnes viennent répondre aux questions de la justice, mais ce que nous voyons encore une fois, que ces personnes ne se présentent pas. C’est pourquoi nous trouvons juste que le tribunal ait décidé que lors de leur prochaine comparution, ces hommes qui ne sont pas du tout au dessus de la loi, même s’il sont quand-même importants, qu’ils se voient contraints de comparaître devant le tribunal lorsque cela est nécessaire, à l’occurrence,c’est nécessaire ».

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199