Mamadou Saidou, Idrissa, Idrissa, Ousmane, Boubacar, Ibrahima Sory, Mamadou Djoulde, Sekouba, Alhassane, tous arrêtés à l’occasion des marches du FNDC ont été jugés par le tribunal de première instance de Dixinn ce lundi.

Poursuivis pour des faits présumés de « participation délictueuse à un attroupement », ils ont tous nié les faits. Ils ont soutenu avoir été arrêtés pendant qu’ils vaquaient à leurs occupations dans les quartiers Sofonia, T7 et Tombolia.

Pour ses réquisitions, le procureur a requis pour chacun d’entre eux, 6 mois d’emprisonnement assortis de sursis et au paiement de 500 mille francs, pour « permettre aux prévenus de prendre conscience et ne plus récidiver ».

Selon les avocats de la défense, aucune preuve de l’infraction reprochée à leurs clients n’a été apportée par le procureur. Ils ont demandé de déclarer leurs clients innocents.

Pour leurs mots de la fin, les prévenus ont tous dit ne rien connaître de l’affaire et demandé au juge leur accorder son « pardon ».

Après avoir écouté les parties le juge a renvoyé la décision pour demain mardi.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.