(Conakry, Mardi 8 septembre 2020) – Le Gouvernement, à travers l’Agence nationale d’inclusion économique et sociale (ANIES), a tenu sa promesse : les transferts monétaires en faveur des couches les plus vulnérables sont effectifs.

Environ 17 000 ménages (près de 110 000 personnes) concernés par la première phase des opérations qui sont concentrées à Conakry, épicentre de la maladie, peuvent aller retirer leur argent à compter du jeudi 10 septembre 2020 au niveau des points installés par la Société Générale (YUP) et Ecobank (Point Express), les partenaires techniques de l’ANIES dans le cadre de la mise en œuvre de cette étape du programme.

Les transferts monétaires entrent dans le cadre de la Phase 2 du Plan d’urgence de l’ANIES contre la Covid-19. Le processus a été lancé jeudi 13 août dernier à Kaloum, à Conakry, par le Chef de l’État, Professeur Alpha Condé.

Vendredi 14, les opérations ont eu pour cadre Ratoma, sous la présidence du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, puis Dixinn. Samedi 15, Matam et Matoto ont fermé la boucle du lancement.

Á partir de ce mois de septembre, les opérations seront progressivement étendues à l’intérieur du pays, dans les 9 préfectures pilotes du déploiement du programme de l’ANIES (Kindia, Forécariah, Gaoual, Dabola, Kouroussa, Kérouané, Mamou, Tougué et Beyla).

Cet appui financier du Gouvernement va concerner au total 1,5 million de Guinéens (240 000 ménages). Chaque ménage éligible recevra mensuellement, pendant six mois, la somme de 250 000 GNF.

Á propos de l’ANIES

L’Agence nationale d’inclusion économique et sociale (ANIES) a été créée par le Gouvernement guinéen pour répondre aux nombreux défis reliés à l’inclusion économique, sociale et financière. Vecteur puissant de redistribution des fruits de la prospérité économique, sa mission est de contribuer fortement à la réduction de la pauvreté en Guinée et à un meilleur partage de la prospérité économique.

L’ANIES promeut la lutte contre l’exclusion sociale, avec notamment l’accès des plus démunis aux services financiers de base, et la réduction à moyen terme de la pauvreté, particulièrement dans les zones rurales.

En 2020, l’objectif du Gouvernement est de consacrer au moins 2% du PIB à la problématique du partage de la prospérité. Et d’ici à 2025, il s’agira d’inclure 40% des plus pauvres, soit environ 6 millions de personnes.

Contact médias : contact@anies.gov.gn