Dans une déclaration publiée ce mercredi, le FNDC, l’organisation dissoute par les autorités de la Transition a révélé que « le 03 novembre 2021 et le 17 janvier 2022 qu’il a été très tôt sollicité par le Président du CNRD afin d’adhérer au projet funeste d’éliminer les partis politiques par des manœuvres judiciaires. Loin d’être l’effet de la moralisation de la vie publique, la CRIEF est une opération de nettoyage devant libérer la voie à la pérennisation des militaires au pouvoir ».

la CRIEF est une opération de nettoyage devant libérer la voie à la pérennisation des militaires au pouvoir

« Ainsi, ajoute la coordination du mouvement, il fut un temps où le CNRD voulait faire du FNDC un allié objectif pour l’accompagner et légitimer des actions qui allaient dans le sens d’une confiscation du pouvoir ».

Maintenant que « le sens de la justice et le devoir citoyen ont conduit, le FNDC a refusé ces multiples sollicitations et par conséquent à défendre exclusivement l’intérêt du peuple de Guinée, un gangstérisme d’État, soutenu par le gouvernement et le CNT, vise à discréditer et à éliminer le FNDC », conclut le mouvement dissout par le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, Mory Condé, parce que « le mouvement s’est toujours illustré par la voie de violence sur les personnes, la dégradation et la destruction des biens publics et privés, des actes d’incitation à la haine ou à la discrimination contre les personnes en raison de leur origine ou leur idéologie », entre autres.

Pour tout dire, le ministre Condé juge que le FNDC n’a pas d’existence légale.

Focus de guinee7.com