Conakry, 18 août (AGP)- Le ministre des Transports de la République de Guinée, Oyé Guilavogui a mis en doute la qualité des bus offerts à son pays par la Turquie, dans le cadre du jumelage entre les villes d’Istanbul et Conakry, rapporte l’AGP.

C’était mercredi, 16 août 2017, à l’occasion de l’annonce de la reprise des activités du train de banlieue Conakry-Express, après 10 mois d’arrêt suite à une crise entre les parties guinéenne et chinoise.

Selon le ministre, le gouvernement a été piégé dans la négociation de ces bus.

« A l’époque, on pensait que c’était des bus neufs. C’est à notre grande surprise qu’on voit débarquer à Conakry des bus utilisés de près de 17 ans par Istanbul. Même l’usine fabricante ne fonctionne plus », s’insurge le ministre.

D’après le ministre guinéen des Transports, «ce marché avait créé des problèmes entre le Maroc et la Guinée, avec lequel les négociations étaient très avancées pour le transport urbain. Et d’un coup, ce sont des turcs qui sont venus. Ça fait des problèmes, mais finalement le Maroc a accepté».

Source : AGP

1 COMMENTAIRE

  1. Conakry n’a pas du tout été roulé dans la farine par Ankara ; c’est un don !!
    Mr Oyé Guilavogui met en doute la qualité des bus offerts à son pays par la Turquie !! Mais, c’est le comble pour un État mendiant !!
    Quand on donne volontairement, un billet de 5 000 GNF à un mendiant devant une mosquée ; est-ce qu’il peut se plaindre de n’avoir pas reçu 20 000 GNF !?
    Il y a tellement de pays industrialisés qui fabriquent des autobus neufs. Si la Guinée est vraiment un État souverain et veut des bus neufs ; qu’elle mette la main à la poche pour les acheter !!
    C’est à croire que le Président Alpha Condé et ses ministres n’ont vraiment pas peur du ridicule !!
    Sacré Alpha et sa bande de copains et de coquins !!

Comments are closed.