J’ai lu avec tristesse sur un site, le texte de l’honorable Fodé Oussou Fofana, député de l’UFDG,  qui traîne dans la boue le Ministre d’Etat de la Justice Maître SAKO.

J’ai été heurté par l’article du député, qui met en doute les compétences du Ministre de la Justice et lui intime l’ordre de retourner à Montpellier où ce dernier exerçait avant de répondre à l’appel du Président le Professeur Alpha Condé.

L’honorable Député O. Fofana, m’a paru excessif dans ses propos, comme il l’est d’ailleurs souvent, au mépris des règles d’exemplarité que lui impose sa fonction de propositions et de vote des lois dans son pays.  Or comme le dit Monseigneur de Talleyrand : « tout ce qui est excessif est insignifiant ». D’autres députés ont tendance à faire comme lui ; c’est regrettable pour l’image  que les élus du peuple envoient à la Communauté internationale.

Il est vrai que le Ministre d’Etat de la Justice est de la Diaspora, qu’il a abandonné les privilèges liés à sa fonction de son métier d’Avocat au Barreau de Montpellier pour aller servir son pays dans des conditions très difficiles. Lui denier son authenticité de guinéen est à la fois injuste, déshonorant et insultant ; « une injustice faite à un seul est une menace faite à tous » disait Montesquieu. Si être de la Diaspora était une tare, notre pays aurait encore de longues années à se remettre de la médiocrité de ses élites qui prêchent ces thèses de discrimination négatives, plombant ainsi la cohésion et le bien-vivre ensemble.

Un Député devrait être exemplaire dans l’exercice de sa lourde tâche, car il a l’ultime charge de défendre la République et ses Institutions. S’il est permis de ne pas aimer ou estimer un Gouvernement et ses Ministres, il est inconcevable par ailleurs d’attaquer  ad hominem une autorité, car cela contribue à fragiliser la République et ses Institution pour lesquelles  le Député a demandé à être élu pour les défendre.  Le Président et tous les Ministres de son Gouvernement ont droit à notre respect et il en est de même pour les Députés de quelque bord politique qu’ils soient. C’est l’intérêt fondamental de notre jeune Démocratie ! Le Respect pour soi et pour les autres est une exigence pour l’Homme en général et pour l’Autorité en particulier. L’exemplarité d’un Député ne doit souffrir d’aucune exception.

La chasse aux Guinéens de la Diaspora, qui a été une constante dans la gestion de notre pays, est une plaie béante  dont le traitement pertinent, apporterait un nouveau souffle au développement socio-économique et politique de la Guinée en luttant  efficacement contre tous les maux : corruption, prédation, népotisme, sectarisme, ethnocentrisme, mensonges,…

Les Guinéens de la Diaspora ont toujours été présents chaque fois qu’on leur a fait appel ; certains sont même employeurs en Guinée alors qu’ils résident à l’Etranger.

Le Ministre  Maître SAKO, membre de  l’Association  des Cadres et Techniciens d’Origine Guinéenne en France (a été Président de sa Commission Justice plus d’une vingtaine d’années), venait enseigner à l’Université de Conakry dans le Cadre du TOKTEN (Transfert de Connaissances par des Guinéens de la Diaspora) du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). C’est dans le même cadre qu’en plus de l’Enseignement à la Faculté de Médecine de Conakry, j’ai dirigé une mission qui a restructuré le service de Radiologie de Donka en 1997 et celui d’Ignace-Deen  en 1999 ,en y apportant du matériel d’Imagerie et d’autres  avec la clairvoyance du Président de l’ACTOG d’alors Docteur Maligui Soumah et le soutien financier et logistique du PNUD, présidé par Mr Cyr Mathieu Samaké. Avant la réfection de l’hôpital de Donka, une salle du service de radiologie portait mon nom : Docteur Bangali KOUROUMA. Le Docteur Abou Katty,  actuel président de l’ACTOG, a heureusement continué le grand chantier laissé par son prédécesseur, le Docteur Maligui Soumah.

Insulter un Ministre parce qu’il est de la Diaspora et de la Majorité,  c’est manquer de respect à une autorité, mais aussi à un symbole qu’est la Diaspora, qui a toujours œuvré pour son pays et qui répond à cette définition de Patriote : « celui ou celle qui aime sa patrie, se met à son service, prend les armes pour sa défense » ; mais pas celui, qui  pour des considérations personnelles, détruit ce que d’autres tentent de construire ou reconstruire. Ils sont nombreux des Guinéens de la Diaspora, Président, Ministres, Hauts cadres de l’Administration, Intellectuels, ONG, Associations… qui ont marqué et continuent de marquer très positivement l’histoire de notre chère Guinée.

Le Développement de la Guinée devrait mobiliser tous les Guinéens et Guinéennes au-delà de toute appartenance sociale, ethnique ou politique dans le respect des uns et des autres. Nos Députés ont un rôle majeur à jouer dans l’éducation civique de nos concitoyens pour une culture de Paix et de Cohésion sociale, condition sine qua non d’un développement socio-économique harmonieux, porteur de progrès,  d’épanouissement individuel et collectif et de bonheur.

Si les Députés contribuent à affaiblir la Justice dans notre pays en insultant le Ministre de la Justice, ils contribuent inévitablement à affaiblir l’autorité, car la Justice est le point d’appui de l’autorité. «  Il n’est rien de plus beau que la Justice ; rien de plus aimable que la Vérité, et cependant, c’est ce qui reçoit des Hommes le plus d’outrages » disait Hyppolite de Livry.

L’exemplarité que je recommande  à tous les Députés de notre pays, permettra, j’en suis sûr, de semer les graines de la fraternité et de l’espérance. Soyons tolérants et solidaires.

Avec l’espoir d’un débat civilisé et respectueux des règles normatives dans notre cher pays.

Docteur Ben KOUROUMA MAZAMET France

Adresse e-@ : benkourouma@gmail.com