’ Le jugement des hommes est loin d’être parfait, il n’est d’ailleurs que partial’’ Samuel Ferdinand-Lop

Comme le jugement des hommes est trop souvent hâtif et injuste aussi, le recours reste le témoignage du temps et la vérité de l’histoire, pour honorer la mémoire collective, réhabiliter  l’œuvre de chacun, reconnaître les droits de tous.

L’homme Alpha Condé, ne peut espérer un jugement parfait de ses contemporains qui ont tendance à s’attarder trop  sur le personnage politique insaisissable qu’il est  nourrissant  des passions et alimentant tous les fantasmes.

Malgré lui et contre lui, il  subit de nombreux préjugés et des procès expéditifs. S’il n’a pas que des ennemis irréductibles et peut prétendre avoir, lui aussi, des amis dévoués, il se sait  incompris et caricaturé sur l’échiquier politique et en souffre intimement. Mais,  c’est la rançon de tous les grands hommes et le destin commun à tous les politiques. Peu importe !

Le professeur Alpha Condé n’a pas l’envie, ni l’énergie de se plaindre des mauvais procès. Il  en  a  acquis l’habitude et a aussi une claire conscience que L’Histoire s’écrit et ne s’écrit pas, au quotidien, avec des événements et des acteurs du moment. Heureusement, c’est surtout le récit du vécu et du  passé pour en tirer toutes les leçons pour l’avenir et rétablir des vérités, si souvent et trop vite oubliées.

Je fais ce témoignage pour aider à connaître et sans doute l’aimer aussi, ‘’ L’autre Alpha Condé’, au-delà des circonstances actuelles, des caricatures faciles des politiques plus médiatisés et théâtralisés que connus dans  la vérité insoupçonnable de leur âme. Je suis d’autant à l’aise pour le faire qu’il ne peut y avoir d’amalgame possible avec un enjeu immédiat, le remaniement ministériel étant passé, pour les plus suspicieux. Ma seule motivation est de refuser de garder le silence sur ce que l’on sait des hommes qui nous gouvernent ou aspirent à nous gouverner et de reconnaître à chacun son mérite et ses valeurs, malgré toutes les adversités et les incompréhensions auxquelles nous sommes tous exposés dans nos vies et parcours respectifs.

Dans une société où dire du bien des autres est toujours suspect, à l’heure où on prétend faire des choix pour ‘’ ménager’’ l’avenir en se préservant, j’ai choisi le bonheur de la sincérité et ‘’ l’imprudence’’ d’un engagement total et véritable.

Le Président Alpha Condé ou l’Homme qui ne change pas !

Le professeur Alpha condé aime à se présenter lui-même à tous,  comme un militant et il est sincère, parce que toute sa vie durant, notamment politique, il a vécu parmi les ‘’petites gens’’, a côtoyé tout le monde, parle avec chacun, indistinctement, et rencontre tous, dans un élan d’empathie effréné.  

Il est facile de lire dans sa nature profonde et sa personnalité singulière,  une humilité, loin d’être feinte,  un profond humanisme et une spontanéité déconcertante. C’est peut-être là, qu’il faudrait trouver la raison de ce que certains considèrent comme un défaut, maintenant qu’il est tenu par la réserve et les codes de la fonction présidentielle. D’autres, par contre, comme  cette majorité silencieuse qu’on a tort d’ignorer ou de sous-estimer dans sa fausse résignation,   aime cela chez lui et le lui rend bien dans les nombreux bains de foule qu’il aime tant, qui  jalonnent, également, toute son histoire politique personnelle.

Le Président Alpha Condé, a les pieds sur terre, et se veut à la portée de tous, et cultive, sans cesse,  la proximité qui révèle une autre facette de sa personnalité,  à la fois complexe et sympathique : l’accessibilité,  la simplicité, malgré la distance et la solitude imposées par le pouvoir, le protocole et les rigidités de sa fonction.

L’homme Alpha Condé aime les gens et a toujours eu du plaisir et la disponibilité aussi à recevoir, d’aider, d’aller à la rencontre des autres. Ce n’est pas, comme tant d’autres, parce qu’il est devenu un homme politique qu’il le fait, mais c’est parce qu’il est ainsi fait qu’il a une vocation politique précoce et pleinement accomplie. La politique, à ses yeux, plutôt que la comédie humaine qui lui a fait perdre ses lettres de noblesse, est l’amour du prochain et le dévouement aux autres. Plutôt que d’attendre que les autres viennent à lui, l’homme fort du pays, que tout le monde s’évertue à courtiser et solliciter, aspire à rencontrer, voudrait charmer pour avoir les faveurs, se plaît ,lui , à demander des nouvelles de chacun, à avoir une attention pour tous, à montrer à tous ceux qui partagent sa vie et s’engagent avec lui, que chacun compte, a sa place auprès de lui et une utilité que seul lui connaît dans le culte du mystère et du secret forgé pendant les années périlleuses de son histoire politique.

Le Président Alpha Condé , ne s’intéresse pas qu’à ses collaborateurs et soutiens, il a des liens aussi très forts avec leurs familles , chaque fois, impressionnées que quelqu’un d’aussi haut et puissant que lui, s’intéresse au quotidien de gens ordinaires et vulnérables. C’est le premier à aller dans toutes les familles modestes comme distinguées pour apporter du réconfort et exprimer sa solidarité dans les moments de malheur. C’est le Professeur Alpha Condé, sentimental et protecteur.

Un homme obstiné et déterminé

Le Président Alpha Condé sait ce qu’il veut et se donne toujours tous les moyens de l’obtenir. Pour cela, il ne recule devant aucun homme, aucun obstacle et s’impose une discipline et des privations incroyables.

Je me rappelle qu’à Paris, bien avant qu’il n’accède au pouvoir, dans un passé très lointain, il m’a confié qu’il deviendra, un jour, Président et me nommera ministre, dans son gouvernement. L’optimisme obstiné de l’Homme ou Prophétie suprême ?

Pour qui le connaît, sait qu’il a un traitement pour les amis et un autre, pour les adversaires : il accepte tout, pour les uns, ne concède rien, pour les autres.

 Sa conquête du pouvoir, ensuite l’exercice qu’il en fait en sont la parfaite illustration.

A propos de ce pouvoir, Il aime à rappeler qu’en Afrique, en particulier, il expose à des tentations qui  fragilisent et exposent à tous les périls : les marabouts qu’il rechigne à fréquenter bien qu’Africain dans l’âme, mais de culture universelle, l’argent, l’obsession de notre époque dont il se méfie, convaincu de sa nature avilissante, la famille qu’il protège et ne voudrait jamais impliquer dans sa présidence et enfin, les femmes qu’il ne voit pas comme Mitterrand ‘’ c’est vrai qu’on ne peut les avoir toutes, mais il faut essayer’’.

S’il faut camper la personne et le personnage du Professeur Alpha Condé aussi bien dans sa vie personnelle que dans l’exercice de son pouvoir acquis de haute lutte , au prix de longues années de violence sur lui et de nombreuses épreuves, il est quelqu’un  qui croit en ce qu’il fait pour marquer sa foi et sa conviction,  qui ne doute pas, non plus, dans tout ce qu’il veut, sûr de l’obtenir, quoi qu’il arrive, quoi qu’il lui en coûte, pour qu’il n’y ait pas à douter de son engagement et de sa détermination légendaires.

En tout cas, l’homme, le politique, l’homme d’Etat Alpha Condé  a montré et démontré qu’il finit par obtenir tout  ce qu’il veut, faire tout ce qu’il dit et annonce, sans se préoccuper de rien, ni personne. Il est aussi prévisible qu’il est habitué des coups de théâtre et des retournements de situation.

Il veut changer la Guinée, mais les Guinéens aussi ne veulent-ils pas avoir de pouvoir sur lui, réputé indépendant et incontrôlable ? ‘’ L’homme est bon, c’est la nature qui le corrompt’’. Le pari : qui de Alpha Condé et de la Guinée changera l’autre ? Une question à l’histoire. La réponse, dans l’avenir !