Le deuxième numéro des « Épidémies qui n’ont pas eu Lieu » de Resolve to Save Lives souligne la nécessité de poursuivre les investissements dans la sécurité sanitaire

Le 11 octobre 2022 (New York, NY) — COVID-19 et les récentes épidémies de variole du singe et de polio ont mis en évidence la vulnérabilité du monde face aux maladies infectieuses. Et pourtant, chaque jour, les agents de santé publique enrayent les épidémies avant qu’elles ne se déclenchent. Le mois dernier encore, le Ghana a endigué sa première épidémie de virus de Marburgs, qui est extrêmement contagieux, entraînant un taux de mortalité atteignant 88 %. Cet article, tout comme de nombreuses autres épidémies évitées, n’a pas fait la une des journaux.

Aujourd’hui, Resolve to Save Lives publie un nouveau rapport sur les « Épidémies qui n’ont pas eu Lieu » révélant que les investissements dans la préparation, conjugués aux réponses rapides et stratégiques des autorités de santé publique, peuvent enrayer les épidémies, sauver des vies et prévenir la souffrance. Ce sont ces succès quotidiens qui font rarement l’objet de reportages. Le dernier rapport sur les « Épidémies qui n’ont pas eu Lieu » se consacre aux réponses efficaces face aux épidémies à travers le monde et présente le rendement des investissements dans les systèmes de santé, en termes de nombre de vies sauvées.

« Les succès enregistrés par les professionnels de la santé publique de première ligne à travers le monde prouvent que le secteur de la santé publique fonctionne lorsque nous investissons dans le renforcement des systèmes de santé et en faisons une priorité, en particulier aux niveaux national et infranational », a déclaré le Dr Tom Frieden, président et directeur général de Resolve to Save Lives et ancien directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis. « Notre rapport révèle que les réponses n’ont pas nécessairement besoin d’être parfaites pour être efficaces, mais que des investissements soutenus dans la préparation peuvent faire la différence entre une épidémie maîtrisée et une épidémie dévastatrice pour une communauté, un pays ou le monde entier ». La préparation aux épidémies ne doit pas s’arrêter dès qu’une épidémie prend fin ».

Lorsque les épidémies ne sont pas encore maîtrisées, les résultats peuvent être catastrophiques tant sur le plan économique qu’en termes de pertes en vies humaines : selon les estimations, le coût mondial engendré par la COVID-19 atteint 20 000 milliards de dollars, auxquels s’ajoutent environ 20 millions de morts. Toutefois, des recherches menées par Resolve to Save Lives ont révélé qu’il faudrait débourser environ 124 milliards de dollars sur cinq ans pour que le monde soit beaucoup mieux préparé à faire face aux menaces de maladie : une aubaine qui pourrait sauver d’innombrables vies et préserver les économies.

Les exemples concrets cités dans le dernier rapport mettent en évidence différents aspects des programmes de santé publique efficaces, notamment comment :

  • L’amélioration des systèmes et des compétences à la suite d’épidémies mortelles a permis d’endiguer les épidémies d’Ebola en Guinée et en RDC.
  • Les enseignements tirés de l’expérience ont aidé les professionnels de la santé en Inde à endiguer une épidémie de Nipah et à limiter le nombre de cas à un seul.
  • Une planification avancée, une sensibilisation à l’échelle régionale et une action rapide ont permis d’enrayer le choléra au Burkina Faso.
  • Une équipe diversifiée s’est mobilisée et a endigué avec succès une épidémie de rage en Tanzanie.
  • Grâce à la bonne collaboration entre les services de santé au Brésil, une épidémie de grippe survenue sur un bateau de croisière a pu être rapidement endiguée.
  • La confiance de la communauté a facilité la détection précoce et la réponse à un cas de dengue en Indonésie

« Les épidémies commencent et se terminent au niveau local, l’action communautaire s’avère donc cruciale dans la prévention des épidémies. L’engagement des responsables de la santé publique auprès des communautés porte ses fruits, car il renforce la confiance envers le système de santé », a déclaré Amanda McClelland, première vice-présidente de Resolve to Save Lives. « Un autre élément clé est la protection des professionnels de la santé, qui jouent le rôle de première ligne dans la lutte contre les épidémies. Lorsque les centres de soins de santé primaires sont des milieux de travail sûrs, les patients et les professionnels de la santé sont protégés et sont mieux à mesure de détecter et de répondre aux menaces sanitaires avant qu’elles n’échappent à tout contrôle ».

Les études de cas ont été menées avec le soutien des ministères de la Santé et d’organisations mondiales œuvrant dans le domaine de la santé, notamment la Croix-Rouge indonésienne, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Vital Strategies et l’hôpital FAME.

Pour lire le rapport, consultez le site : https://resolvetosavelives.org/prevent-epidemics/epidemics-didnt-happen 

Lire l’article récemment publié par Dr. Tom Frieden and Amanda McClelland en JAMA Viewpoint: “Preparing for Pandemics and Other Health Threats: Societal Approaches to Protect and Improve Health” ###

À propos de Resolve to Save Lives

Resolve to Save Lives est une organisation à but non lucratif qui travaille en partenariat avec des pays, des communautés et des organisations afin de prévenir 100 millions de décès dus aux maladies cardiovasculaires et de rendre le monde plus sûr face aux épidémies. Pour en savoir davantage, visitez le site : resolvetosavelives.org ou Twitter @ResolveTSL

Contacts pour les médias :

Steven Chlapecka, Resolve to Save Lives, schlapecka@resolvetosavelives.org,  +1.917.623.0246

Renseignements généraux, Resolve to Save Lives: press@resolvetosavelives.org