Une campagne de collecte de sang a eu lieu, jeudi, 28 août, dans l’enceinte du Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) à l’Hôpital National de Donka, à Conakry, constate l’AGP.

Cette collecte a eu pour objectif, de recueillir 100 poches de sang pour combler le manque à gagner dû au déficit de poches enregistré pendant le mois saint de Ramadan (obligations religieuses pour la communauté musulmane), et qui a coïncidé avec le début de saison des grandes pluies.

Selon le directeur national adjoint du CNTS, Dr Aboubacar Sidiki Camara, durant cette période, son Centre n’a recueilli environs que 85 poches de sang, produites uniquement par la communauté chrétienne de Conakry. C’est pourquoi une collecte de sang a été organisée par pour remplacer les poches déjà usées, en vue de combler le manque à gagner.

Hier, les donneurs bénévoles se sont illustrés par leur magnanimité et leur générosité à donner le sang, souci pour eux de sauver leurs compatriotes couchés dans les Hôpitaux du pays, notamment les femmes anémiées, les accidentés des circulations et les enfants nés d’un accouchement compliqué qui ont besoin de sang, a-t-il témoigné.

‘’Le don de sang revêt est un acte de bonté de la part de celui qui en fait parce qu’il sauve des vies humaines en souffrance’’. Les autorités du CNTS s’emploient dans ce sens pour ne pas qu’il ait manque notoire comme par le passé, a ajouté le DGA du CNTS.

Le DGA a, à l’occasion, lancé un appel aux Unités hospitalières du pays, pour prendre l’exemple sur le CNTS, parce que pour le moment, il y a beaucoup de poches vides stockées dans les magasins du CNTS et très bientôt la date de péremption arrivera à terme.

En Guinée, chaque année, le CNTS a besoin de plus de 1.800.000 poches de sang, soit 500 dons par jour pour satisfaire les malades qui en ont besoin dans les formations sanitaires du pays et qui se présentent à un rythme effréné vers le CNTS, a précisé Dr Aboubacar Sidiki Camara, DGA dudit centre.

AGP