Aissatou Souaré, a été élue Miss Guinée France 2015, le 9 novembre 2014 à Paris. Aujourd’hui ce titre lui permet non seulement d’être ambassadrice de la beauté franco-guinéenne mais surtout de concrétiser un projet qui lui tient à cœur : la promotion de l’insertion professionnelle des filles en abandon scolaire en Guinée. 

Aissatou Souaré a toujours considéré l’éducation scolaire comme essentielle car celle-ci a occupé une place importante dans sa vie. En effet, la Miss Guinée France aujourd’hui âgée de 21 ans est née en Guinée Conakry, travailleuse, elle est connue pour avoir brillé dans son parcours scolaire, du primaire au lycée elle s’est imposée comme “première de la classe”.  Cette force, elle l’a puisé au sein d’une famille pour qui l’éducation n’a jamais été une option mais une nécessité. C’est donc naturellement, qu’elle développa depuis l’adolescence cette envie d’aider ceux qui ont moins de chance et de support familial pour parfaire leur éducation.

Forte d’une double culture française et guinéenne, elle a toujours été témoin d’un retard concernant l’éducation et la scolarisation des jeunes en Guinée ; constatant qu’aujourd’hui seulement 60% de la jeune population est inscrite dans un établissement scolaire et ce malgré les progrès en terme d’accès et d’équité, 1 enfant sur 3 est une fille. Aissatou Souaré, se pose alors les questions suivantes : pourquoi les filles auraient-elles moins de chance de fréquenter les établissements scolaire ou de formation ? Pourquoi la part des responsabilités de la maison serait-elle plus importante que celle de l’éducation ?

Et enfin l’éducation scolaire n’est-elle pas la relation primordiale entre l’élève et le savoir ? Aissatou tient alors son projet… celui de combattre l’abandon scolaire par l’insertion professionnelle des jeunes filles, en d’autres termes leur redonner une chance de devenir plus tard des femmes éduquées, actives et indépendantes. 

Une communication digitale intrigante et efficace …

Afin de mener à bien son projet, l’Association des Jeunes Guinéens de France(AJGF), qui est aussi l’organisatrice de l’élection Miss Guinée-France, l’accompagne dans la réalisation de son projet humanitaire. Ceci commence par définir une stratégie de communication puis organiser son départ en Guinée et enfin concrétiser les actions prédéfinies dans son pays natal. Une communication digitale a déjà été lancée : des visuels comme #TJS qui signifie Travail-Justice-Scolarité ou encore la Miss et les membres de l’AJGF arborant fièrement le message « une fille à l’école, une nation qui décolle » inondent déjà les réseaux sociaux. Il s’agit là d’une campagne de communication ayant pour but de dévoiler le projet de la miss et de sensibiliser les communautés virtuelles sur l’importance du projet.

Suivra donc un déplacement de la Miss en Guinée accompagnée par l’AJGF. Au cours de ce séjour en Guinée, deuxième quinzaine de ce mois de Mai, de nombreuses actions seront menées :

  • Une campagne de sensibilisation de la population afin de prévenir sur les conséquences de l’abandon scolaire et de promouvoir l’orientation des filles vers des formations professionnelles. Cette campagne passera par des spots radio et TV, des affiches, des interventions dans les écoles et des sorties médiatiques.
  • Des dons de matériels aux écoles et centres de formation professionnelle.
  • La mise en place d’un suivi personnalisé pour faciliter l’orientation des jeunes filles.

Avec bien évidemment en appui de ce projet, le Ministère de  l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail, le Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance ainsi que le Ministère des guinéens de l’étranger, les associations et les publics concernés. En somme, tous ceux qui disent « Non à l’abandon scolaire, Oui à la réussite professionnelle ! ».

Ce projet a besoin de votre soutien 

En fait, l’école ou la formation professionnelle à une triple mission : former l’Homme, le citoyen et le travailleur, il faut donc penser ces trois missions de façon complémentaire.

Ce même système éducatif doit former aussi des acteurs économiques, en donnant à chacun les moyens d’une insertion professionnelle effective et d’une reconnaissance sociale. Il s’agit ici d’élever, au plus beau sens du terme le développement personnel, la curiosité intellectuelle, le goût de l’étude et de l’effort, le sens de la civilité et enfin l’appétence pour la compréhension du monde. C’est tout cela qui fait que l’on doit parler de droit à l’éducation.

Ce projet a besoin de votre soutien, que vous soyez une association, une institution ou une personne sensible au projet, l’association AJGF vous invite à communiquer le maximum possible sur le projet. Votre contribution financière sera aussi appréciée, une campagne de financement est mise en place sur  Leetchi : .

Vous pouvez également contacter directement l’Association des Jeunes Guinéens de France à l’adresse suivante : bureau@ajgf.org

Miss Guinée France

La beauté au service du cœur

Barry Laouratou
Relations Presse
Comité Miss Guinée France